Au Luxembourg

03 juillet 2020 07:00; Act: 03.07.2020 09:12 Print

Les restaurateurs et gérants de bars ont sorti les rames

LUXEMBOURG - Depuis leur réouverture, de nombreux bars et restaurants vivent sur leurs réserves face à une affluence trop faible.

storybild

Même à la veille de la fête nationale, l’affluence était très réduite. (photo: Editpress/Didier Sylvestre)

Sur ce sujet
Une faute?

«De nombreux salariés étant toujours en télétravail, on tourne parfois à vide le midi», se désole le patron d’un bar-restaurant du centre de la capitale. «Chaque week-end, nous espérons qu’il fasse beau afin que les clients viennent en terrasse. S’il fait mauvais, il n’y a personne car ils rechignent à rentrer en salle», renchérit une de ses consœurs.

Les bars et restaurants ont repris il y a plus d’un mois, le 27 mai, mais avec les mesures sanitaires, la fermeture obligatoire à minuit et le paiement par carte, qui n’incite pas au pourboire, la situation est loin d’être revenue à la normale.

«Le licenciement est inévitable»

«On fait 30% de notre chiffre d’affaires habituel, 40% les bons jours. On vit sur nos réserves, elles varient d’un établissement à l’autre, mais il est clair que si la situation n’évolue pas, ce ne sera plus tenable», illustre un autre restaurateur. Les aides de l’État ne couvrent pas toujours les frais. «Et bientôt, il va falloir payer les congés que nos serveurs n’ont pas pris à cause du Covid-19», désespère le premier.

Ils sont plusieurs à souligner que c’est la croix et la bannière pour obtenir un crédit auprès des banques car «on est considérés comme un secteur à risques». «Tous les jours je reçois cinq à dix CV de personnes issues de notre secteur, de celui des boîtes de nuit, d’étudiants», souligne une gérante de restaurants. «Jusqu’à présent nous ne pouvions licencier. Mais dès qu’on pourra le faire, ce sera inévitable».

(Ana Martins et Séverine Goffin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Banker le 03.07.2020 08:11 Report dénoncer ce commentaire

    L'Etat n'a pas à tout payer, et il donne déjà des aides. Par contre l'Etat devrait pouvoir forcer les banques à jouer le jeu le temps de la crise. Il ne faut pas oublier que les banques ont été sauvées plusieures fois grâce à l'Etat (et donc nous tous au final) sans contreparties aucunes!

  • Oncle S. le 03.07.2020 10:07 Report dénoncer ce commentaire

    Les restauranterus et cafetiers tomberont en première ligne et cela ne me réjouit pas. Par contre, derrière il y a des proprios véreux qui ne dépensent rien pour l'entretien des bâtiments et qui réclament même une augmentation du bail comme si le COVID n'était pas passé par là. A ceux-là je leur souhaite un long et douloureux vide locatif.

  • Mamomam le 03.07.2020 08:47 Report dénoncer ce commentaire

    "le paiement par carte, qui n’incite pas au pourboire" ah bon, vous ne le faites pas p.ex. aux USA? suffit de le prévoir, le "problème" c'est que c'est au patron de le reverser à l'employé.

Les derniers commentaires

  • Eschkobar le 04.07.2020 12:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    J'ai bossé à la place d'armes pendant 15 ans, je n'ai jamais la reconnaissance de mon patron, une journée de congés par semaine avec 14 heures par jour debout a faire du racolage. Cela fait réfléchir, je n'ai aucune peine pour eux. Ils fallait pas être trop gourmand. même Bettel venait prendre son café en tant qu'étudiant, je ne sais pas si il comprenait comment c'est dur !!. je vous souhaite a tous un bon confinement. on se revoie pour le marché de Noël 2021

  • Eschkobar le 04.07.2020 12:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les prix des plats dépendent de l'endroit où vous allez manger, c'est comme le loyer. si tu veux manger pas cher tu vas en Meuse , sinon au centre du Luxembourg. oubliez pas qu'il y a toujours une institution qui vérifie les prix de ce que les restaurateurs mettent. les prix ne sont pas mis au hasard. après ça tu fais comme tu veux. mais cela étant que le milieu Horeca souffre énormément et l'été est là pour que les citoyens sortent et s'amusent . la mondialisation a pourri notre santé, on est devenu vulnérable a cause de la mal bouffe et des boissons gazeuses, le diabète nous guette la mort aussi et cette guerre et la moins chère au nom veau des armement

  • Fraise des bois le 04.07.2020 11:06 Report dénoncer ce commentaire

    La plupart des restaurants et bars "branchés" se sont fait un fric pas possible pendant des années, j'y ai aussi contribué !, et tout à coup, en 3-4 mois ils n'ont plus rien ?! Fallait pas se servir dans la caisse pour rouler un bolide de luxe et vivre dans une villa ou un duplex de rêve.

  • Hugo Victor le 04.07.2020 08:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les banques ne jouent pas le jeu... et les politiques ne vespasiennes s’en mêler... normal c’est des copains !!

  • moi le 03.07.2020 19:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pourboire au serveur et serveuse, pourboire au coiffeur et coiffeuse, à quand le pourboire vendeurs et vendeuses ?

    • oatate le 03.07.2020 21:07 Report dénoncer ce commentaire

      n'oubliez pas le "pourboire" à l'agent de police...