Éducation au Luxembourg

12 février 2020 13:43; Act: 12.02.2020 14:56 Print

Mieux s'occuper des élèves à besoins spécifiques

LUXEMBOURG - L’encadrement des élèves à besoins spécifiques doit être amélioré, selon le syndicat national des enseignants qui a présenté son cahier des charges, ce mercredi.

storybild

Les professionnels ont présenté leurs doléances mercredi. (photo: Editpress/Tania Feller)

Sur ce sujet
Une faute?

«Nos écoles nécessitent des structures de prévention et d’intervention, une task force, avec des spécialistes qui puissent garantir la prise en charge des enfants à besoins éducatifs spécifiques immédiatement», a présenté Patrick Remakel, président du syndicat national des enseignants (SNE). Le cahier des charges du SNE, comprenant les doléances des professionnels, a été présenté mercredi matin. Il a notamment été élaboré à partir des rencontres avec les acteurs de l’enseignement fondamental d’environ 30 communes du pays, lors de la tournée «Member-Tourbus», en novembre 2019

Le constat qu’a tiré le syndicat est clair: manque d’instituteurs spécialisés dans la scolarisation des enfants à besoins éducatifs particuliers ou spécifiques (I-BES), procédures administratives trop lentes et déclin de l’attractivité de la profession d’instituteur. «Avant qu’un enfant puisse être placé dans un centre de compétences qui lui convienne, ce sont des semaines, parfois des mois, qui s’écoulent, à cause de la lenteur administrative des procédures. Il faut que cela s’accélère. C’est l’enfant qui en souffre», a martelé Patrick Remakel.

«Il faut revaloriser ce qui est au cœur du métier de l’instituteur: l’enseignement. Chose qui n’est plus le cas, du fait des tâches administratives qui sont exigées». Pour faire face à la pénurie d’enseignants dans le fondamental, le SNE veut miser sur une campagne de recrutement, en collaboration avec le ministère de l’Éducation nationale.

(Ana Martins/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • RienCompris le 12.02.2020 15:58 Report dénoncer ce commentaire

    parler des enfants dits à "besoins spécifiques", autisme, dyslexie, troubles de l'attention, etc, etc,... je ne pourrais tous les citer… Ma fille est dyslexique et souffre de troubles de l'attention, et effectivement malheureusement nous ne devons sa progression qu'à une attention quotidienne en collaboration avec une équipe de psychomotriciens. Les enseignants ne sont que peu (in)formés, et pour peu que l'on tombe sur une personnalité un peu obtue, les enfants sont pénalisés,...

  • Yvette le 12.02.2020 15:37 Report dénoncer ce commentaire

    Ma fille m'a montré l'un des cours de biologie, le cours est en français, mais le graphique qui l'accompagne est en allemand. Comment voulez-vous que ça marche ?

  • oui le 12.02.2020 20:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le secret : Donner l envie aux enfants de venir travailler ! Il manque la passion dans les écoles malheureusement

Les derniers commentaires

  • nuance le 14.02.2020 07:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sérieux : l éducation national est très sévère avec la jeunesse pas comme en France combien était nul à l école et à 16 se sont réveillés et ont pu devenir professeur ingénieurs médecins avocats. Il manque des orthophonistes car dès 12?on décide de l avenir des jeune . Tu iras en modulaire ou fais un apprentissage et rate une bonne instruction général en maths français anglais allemand etc . Et pas évident à rattraper . En France les droit des enfants c est d avoir une bonne instruction général classique jusqu à 15 ans . On trouvera plus d’infirmières en France et ici plus de asf ou aide soin

  • conv le 13.02.2020 11:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faudrait que les éducateurs fassent les devoirs avec les jeunes

  • sérieux le 13.02.2020 10:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la plupart des commentaires ca concernent les langues qu'on prof sait ou sait pas parler. ici on parle d'enfants a besoins spécifiques pas les langues que les profs doivent connaitre. mpi je suis portugaise et je parle les langues que j'ai appris a l'école. mon fils est un enfant a besoin spécifiques et je trouve inadmissible qu'il y ait plus de professionnels qui parlent le français et l'allemand que le luxembourgeois. J'ai du trouver une orthophoniste qui parlait le luxembourgeois, que moi je trouve logique, et j'ai bien eu du mal. désolé mais moi-même je suis pas ne ici et je trouve que pour certaines professions les 3 langues devraient êtres obligatoires

  • Indigné le 13.02.2020 09:39 Report dénoncer ce commentaire

    Il faudrait encore que les éducateurs gradués aient un budget pour s'acheter du matériel. Comment doivent-ils aider les enfants sans le matériel ou les infrastructures nécessaires?

  • Gabrielle le 13.02.2020 08:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je me prête au Test Linguistique et puis qu’on y est ajoutez également le portugais et l’anglais cela vous feras une petite leçon Littéraire. Merci

    • @Gabrielle le 13.02.2020 11:12 Report dénoncer ce commentaire

      Exemple typique de celui ou de celle qui veut se la jouer mais qui est incapable d'écrire dans un français correct, car il aurait fallu écrire "puisqu'on" en un seul mot, ensuite, ajouter quand même un peu de ponctuation un peu partout, enlever le "s" de "feras", quant au mot "littéraire", son sens est tout autre, car il définit ce qui est lié à la littérature, à l'art de l'écriture, du récit, autrement dit, rien à voir avec la notion de "langue". mais bon, bien essayé quand même.)