Habitat au Luxembourg

11 décembre 2019 07:00; Act: 11.12.2019 17:53 Print

Un pacte pour davantage de logements sociaux

LUXEMBOURG - Le nouveau pacte logement veut une augmentation conséquente de logements sociaux, mais il y a du pain sur la planche.

storybild

Actuellement, il existe 4 000 logements locatifs à prix abordables gérés par des acteurs publics. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

Le ministre du Logement, Henri Kox, est resté fidèle à lui-même lors du débat de consultation sur le pacte logement 2.0 mardi à la Chambre des députés. Sa nouvelle mouture du pacte veut donner les impulsions nécessaires pour considérablement augmenter le nombre de logements abordables «gérés par les autorités publiques». En ce sens, il s'agit d'un changement de paradigme dans un pays qui a jusque-là essayé de soutenir la demande plutôt que de miser sur l'offre.

Le nombre de logements sociaux ou abordables au Luxembourg est insuffisant: «Si nous construisons 5 000 logements par an, dont 10% seraient abordables, nous arriverons à 3,5% de logements abordables dans quinze ans», a analysé Henri Kox. Et de promettre un pacte logement plus ambitieux en instaurant une meilleure collaboration entre communes et gouvernement.

«Des logements abordables à long terme»

Or, selon Caritas, il y a du pain sur la planche car il aurait fallu des logements sociaux pour 25 000 ménages en 2018. Caritas base son calcul sur le nombre de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté. La Fondation pour l'accès au logement ressent aussi ce manque et a décidé de se lancer elle-même dans la promotion de logements sociaux en créant Abitatio.

«Les gens qui louent chez l'agence immobilière sociale ont souvent du mal à retourner sur le marché normal, nous avons donc décidé de construire pour leur louer des logements abordables à long terme», indique le directeur de la Fondation pour l'accès au logement, Gilles Hempel. S'y ajoute que le problème du logement commence à toucher également les personnes vivant au-dessus du seuil de pauvreté.

(Maurice Magar/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Informateur le 11.12.2019 08:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est la classe moyenne, qui a elle-même de plus en plus de difficultés à se loger qui va devoir financer les habitations des plus modestes. Elle est trop pauvre pour se loger convenablement mais trop riche pour profiter des aides. Et en plus c'est sur elle que repose la charge fiscale la plus lourde. La solidarité est acceptable tant qu'on a les moyens d'aider son prochain. Si ceux qui sont aidés viennent à mieux s'en sortir que ceux qui financent le tout, il y a un problème.

  • Imarav le 11.12.2019 07:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Logements sociaux encore et toujours. Mais le travailleur lambda qui gagne juste de trop pour se les permettre et pas assez pour acheter il l'a dans l'os pour pas changer.

  • speculation le 11.12.2019 11:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    l origine est la stratégie de spéculation mise en place par les promoteurs. Supprimez la ratete artificielle des terrains et les loyers seront a 800€/mois pas 3000.

Les derniers commentaires

  • hermes le 12.12.2019 00:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @le justicier, c'est une bonne approche

  • Lembrouille le 11.12.2019 21:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Prix abordable veut dire combien par m2 ?

  • Le justicier. le 11.12.2019 15:06 Report dénoncer ce commentaire

    @Gouvernement : Un prêt de 2 milliards d'euros pour installer 20 milles containers habitables !

  • Luxo le 11.12.2019 14:49 Report dénoncer ce commentaire

    Au lieu de s'offusquer lorsque l'on construit quelques logements sociaux, pour les plus modestes, il serait préférable de combattre le spéculation et de s'opposer à l'augmentation perpétuel du prix des logements et des loyers.

    • @Luxo le 11.12.2019 18:42 Report dénoncer ce commentaire

      Et comment voulez vous combattre la spéculation quand l'offre manque face à la demande ?!? Faire des affirmations théoriques, ça sonne bien, et tout le monde sera d'accord, mais concrètement(!) , cela n'apporte aucune solution. Et ces des solutions concrètes dont on a besoin !! Pas des slogans.

    • 22222 le 12.12.2019 15:24 Report dénoncer ce commentaire

      "Luxo" n'a jamais apporté des solutions... seulement de > habituelles

    • luxo le 12.12.2019 19:53 Report dénoncer ce commentaire

      Il y a des solutions, mais elles défavoriserait les plus riches. Il est possible d’encadrer le prix des loyers, de ne délivrer de permis de construire que si la moité des surfaces sont destinées à des logements sociaux. De limiter les plus value sur le prix des terrains au prix d'achat + l'inflation. l'état peut récupérer tous les terrains non construits dans les 12 mois et les logement vides pour les louer au futurs acquéreurs pour une durée de 99ans. Chaque communes doit construire 33% de logements sociaux... Le bail emphytéotique devient la règle pour les nouvelles constructions.

  • Dex le 11.12.2019 14:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je connais des gens qui ont un appartement social depuis des années même si ils ont une ou même deux maisons voir villas au bord de la mer dans leur pays d'origine. Ils ramènent un certificat qu'ils ne sont pas propriétaires mais c'est que pour leur ville natale. Leurs maisons sont dans une autre ville, donc c'est pas noté dans le certificat. Les fonctionnaires du Fonds de logement sont soit trop paresseux soit pas intéressé de vérifier. Comme ça il y a pas mal de gens qui profitent de ce genre de logement et les gens nécessiteux doivent attendre. C'est triste et ce n'est pas juste!

    • luxo le 12.12.2019 20:00 Report dénoncer ce commentaire

      Ce n'est pas parce qu'un Portugais ou Roumain à une maison dans son pays d'origine qu'il n'est pas pauvre au Luxembourg. Ce qui me dérange , c'est que la majorité des logement sociaux au GDL sont mis en vente et pas loués, et que leurs occupants sont des fonctionnaires luxembourgeois avec des revenus bien plus élevés que le seuil de pauvreté. le plus gênant sont les logements mis à la disposition des policiers, des militaires et des curés ...