En Espagne

07 janvier 2020 14:37; Act: 09.01.2020 12:24 Print

À deux voix près, Sanchez reste Premier ministre

Les députés espagnols ont reconduit de justesse mardi, Pedro Sanchez, à la tête du gouvernement. Un vote qui met fin à huit mois de paralysie politique en Espagne.

storybild

Pedro Sanchez peut se congratuler avec le leader de Podemos Pablo Iglesias (à gauche). La coalition est validée. (photo: AFP/Pierre-philippe Marcou)

Sur ce sujet
Une faute?

Le socialiste espagnol Pedro Sanchez a été reconduit mardi, à la tête du gouvernement, après avoir remporté d'extrême justesse un vote de confiance à la Chambre des députés, qui met fin à huit mois de paralysie politique. M. Sanchez, qui va pouvoir désormais former un gouvernement de coalition inédit avec la gauche radicale de Podemos, a obtenu 167 votes favorables des députés tandis que 165 ont voté contre son investiture à la tête du gouvernement et que 18 se sont abstenus.

Le futur gouvernement espagnol de coalition veut augmenter les impôts des plus riches, détricoter la réforme controversée du marché du travail et augmenter les salaires, au grand dam du patronat.

Réforme du marché du travail

Hautement symbolique et très attendue par les syndicats, la première mesure de l'accord de gouvernement entre le PSOE et Podemos porte sur l'abrogation partielle de la réforme du marché du travail de 2012, loi phare du précédent gouvernement conservateur.

L'ex-chef du gouvernement Mariano Rajoy en faisait l'une des principales raisons de la forte baisse du chômage en Espagne après la crise, en raison de la grande flexibilité qu'elle offre aux employeurs, autorisés à licencier sans raison économique. Mais pour ses détracteurs, cette réforme a fait grimper en flèche la précarité dans un pays qui détient le record européen du taux de contrats temporaires.

Le nouveau gouvernement promet de supprimer complètement ou de limiter fortement les mesures les plus controversées, comme l'autorisation de licencier un salarié en congé maladie ou la possibilité pour l'employeur de modifier unilatéralement le contrat de travail. Il souhaite aussi revenir sur la priorité donnée aux accords d'entreprise par rapport aux conventions collectives, accusée d'avoir favorisé des baisses de salaires.

Hausse des salaires et des impôts

Le salaire minimum, déjà augmenté par Pedro Sanchez de 22% en 2019 à 1 050 euros bruts sur douze mois, sera progressivement rehaussé pour atteindre à la fin de la législature 60% du salaire moyen (actuellement de 1 970 euros bruts sur douze mois). Les retraites seront de nouveau indexées sur l'inflation, ce qui n'était plus le cas depuis 2014.

L'impôt sur les revenus augmentera pour les contribuables les plus riches, gagnant plus de 130 000 euros par an, et un taux plancher sera fixé pour augmenter la contribution réelle des grandes entreprises et des banques, accusées de recourir aux déductions fiscales pour payer nettement moins d'impôts que les 25% obligatoires. Le gouvernement veut imposer un taux minimum de 15% pour les grands groupes et de 18% pour les banques et groupes pétroliers.

Le syndicat Commissions Ouvrières, qui juge le programme globalement «positif», regrette néanmoins un «manque d'ambition fiscale», rappelant que la pression fiscale en Espagne est inférieure à la moyenne européenne.

Encadrement des loyers

L'objectif est de permettre aux mairies des villes frappées par une hausse «abusive» des loyers d'imposer temporairement des plafonds. Madrid et Barcelone sont confrontées depuis quelques années à une flambée des loyers, due en partie aux locations touristiques type Airbnb.

La nouvelle a provoqué une levée de boucliers du secteur de l'immobilier qui affirme que cette mesure dissuadera au contraire la construction de logements à visée locative, seule solution à la crise selon les professionnels.

Patronat inquiet

La principale organisation patronale CEOE a dénoncé un programme économique «plus proche du populisme que de l'orthodoxie économique», estimant qu'il aurait un effet «très négatif sur la création d'emplois, l'avenir des entreprises» et l'investissement.

Dans leur accord, socialistes et Podemos ont promis le «respect des mécanismes de discipline budgétaire» sans donner aucun détail chiffré, alors que la Commission européenne a souligné cet automne la lenteur du rythme de réduction de la dette publique.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Utlo le 07.01.2020 20:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Félicitations au PSOE et à Sanchez pour sa victoire .

Les derniers commentaires

  • Utlo le 07.01.2020 20:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Félicitations au PSOE et à Sanchez pour sa victoire .