Aux Pays-Bas

07 juillet 2020 18:43; Act: 08.07.2020 14:19 Print

Des conteneurs de «torture» ont été découverts

La police néerlandaise a annoncé mardi, avoir découvert une «prison» dissimulée à l'intérieur de sept conteneurs.

storybild

Tous ces équipements avaient pour but de «torturer les victimes ou, en tout cas, de les mettre sous pression», a souligné la police. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le système de téléphonie crypté EncroChat utilisé par le crime a été démantelé, après avoir été infiltré, il y a quelque jours par les autorités judiciaires et policières françaises et néerlandaises. Plus de 800 personnes ont été arrêtées.

Les conteneurs se trouvaient dans un entrepôt situé près de Bergen op Zoom (sud). L'un d'eux servait de «chambre de torture» selon Andy Kraag, le chef de l'unité criminelle de la police néerlandaise.

Menottes au plafond

Elle était équipée de sécateurs, d'une scie, de scalpels et de pinces, a indiqué la police néerlandaise, dans un communiqué. Qualifiée de «salle de traitement» par les criminels dans les conversations interceptées, elle était également munie «d'une chaise de dentiste avec des sangles sur les bras et les repose-pieds», selon la même source.

Les six autres conteneurs «servaient de cellules de prison dans lesquelles des personnes auraient pu être attachées», a déclaré Andy Kraag dans une vidéo. Des menottes y étaient installées au sol et plafond, et les murs étaient insonorisés et recouverts d'aluminium, afin d'éviter qu'ils ne soient détectés à l'aide d'une caméra thermique.

Plus de 100 millions de messages échangés

Tous ces équipements avaient pour but de «torturer les victimes ou, en tout cas, de les mettre sous pression», a souligné la police. Elle n'a pas donné de détails sur les victimes, mais a précisé que les enlèvements avaient été planifiés avec «une grande précision», et nécessité plusieurs équipes, des armes, des fourgonnettes et des gilets pare-balles.

Six personnes ont été arrêtées lors de cette opération. L'opération contre Encrochat a été menée dans plusieurs pays européens et a permis d'intercepter et de déchiffrer en temps réel, à leur insu, plus de 100 millions de messages échangés via EncroChat entre criminels à travers le monde.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Sowat le 07.07.2020 19:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    mais dans quel monde vit-on bon sang !!! Il y a vraiment des gens complètement détraqués !!! C'est effroyable !!!

  • C'est pas moi, c'est ma soeur. le 07.07.2020 20:06 Report dénoncer ce commentaire

    Que du beau monde.Je suppose qu'une fois les coupables arrêtés (si ils le sont un jour!), quelques mois de prison les remettront dans le droit chemin. Mais bordel dans quelle société on vit?

  • Incomplet le 08.07.2020 09:04 Report dénoncer ce commentaire

    Les journalistes se jettent bien sûr sur les détails croustillants de torture et de sévices. Mais quelle est cette organisation, qui était emprisonné dans ces containers et pour quelle raison? On en apprend bien peu sur le sujet...

Les derniers commentaires

  • Fraise des bois le 08.07.2020 10:06 Report dénoncer ce commentaire

    C'est pour des soirées libertines BDSM !

    • C'est pas moi, c'est ma soeur le 08.07.2020 11:19 Report dénoncer ce commentaire

      Pas très malin.C'est supposé être de l'humour?

    • Point de pessimisme, restons ouverts le 08.07.2020 12:15 Report dénoncer ce commentaire

      En effet ça peut être pour des soirées "spéciales", vous êtes déjà allés à la Fistinière en France ? Il y a un pièce appelée la chapelle Fistine où l'on y voit de ces trucs... Ou bien ça peut être aussi du matériel destiné au tournage du prochain film de la saga SAW. Rien ne nous prouve pour l'instant que ces installations avaient un but malveillant. Il ne faut pas voir le mal partout.

  • I.F. le 08.07.2020 09:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le manque d'informations sur les personnes arrêtées laisse planer des questions CIA, traite d'êtres humains...

  • HappyCycliste le 08.07.2020 09:46 Report dénoncer ce commentaire

    C'est le monde de la drogue c'est tout. C'est ce que les consommateurs de drogues illicites ne veulent pas voir. Mais les dealers se font payer en torturant et en tuant et toute personne qui achète leur marchandise illicite (à tort ou à raison) encourage ce genre de pratiques. Morale défoncer vous à ce qui est légal.

  • rené sance le 08.07.2020 09:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On en saura pas plus sur les instigateurs

  • Incomplet le 08.07.2020 09:04 Report dénoncer ce commentaire

    Les journalistes se jettent bien sûr sur les détails croustillants de torture et de sévices. Mais quelle est cette organisation, qui était emprisonné dans ces containers et pour quelle raison? On en apprend bien peu sur le sujet...