Volkswagen

30 septembre 2019 09:07; Act: 30.09.2019 09:35 Print

Dieselgate: place au procès en Allemagne

Volkswagen affronte ses clients devant la justice allemande, à partir de lundi. Le procès pourrait durer plusieurs années.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Le premier grand procès de consommateurs en Allemagne s'ouvre lundi, contre Volkswagen, regroupant des centaines de milliers de clients qui demandent réparation pour leurs voitures diesel truquées, quatre ans après l'éclatement du «dieselgate». L'audience, qui devrait s'étaler sur plusieurs années, s'ouvre à 10h au tribunal régional de Brunswick, à une trentaine de kilomètres du siège historique de Volkswagen à Wolfsburg (Basse-Saxe). Plus de 450 000 personnes se sont inscrites pour cette requête groupée - la première de ce type en Allemagne, selon une procédure adoptée dans la foulée du dieselgate.

L'association de consommateurs VZBV fait office de requérant unique et accuse le groupe automobile d'avoir délibérément nui à ses clients en installant à leur insu un logiciel faisant paraître le véhicule moins polluant qu'il ne l'est en réalité. Ce procès est pour l'instant le plus important en Allemagne dans ce scandale à tiroirs, alors que le constructeur tente de tourner la page en misant sur l'électrique. Concrètement, les juges devront trancher une cinquantaine de points, mais la question principale sera de déterminer si Volkswagen a «causé un préjudice» et agi «de manière contraire à l'éthique».

Jusqu'en 2023 au moins

Klaus Müller, directeur de la VZBV, se dit «convaincu» de voir le tribunal conclure en ce sens. Mais Volkswagen soutient qu'il «n'y a pas de dommages et donc pas de fondement à cette requête». «Encore aujourd'hui, des centaines de milliers de véhicules sont utilisés» sur les routes, insiste Martina de Lind van Wijngaarden, avocate de l'entreprise. Même s'il s'avérait défavorable à Volkswagen, le jugement n'entraînera pas directement un remboursement: chaque consommateur enregistré devra ensuite faire valoir ses droits individuellement.

L'examen de cette requête collective devrait durer au moins jusqu'en 2023 en raison d'un appel possible devant la Cour fédérale, selon Volkswagen. Les procédures individuelles peuvent encore prendre plus d'un an par la suite. Pour écourter la procédure, la VZBV est «ouverte» à un accord à l'amiable mais «dans ce cas, Volkswagen devrait malgré tout payer une somme significative», a expliqué Klaus Müller à l'AFP. Le constructeur estime qu'un tel accord est «peu imaginable» en raison de l'hétérogénéité des situations: une partie des dossiers seraient des doublons ou concernent des clients résidant à l'étranger ou ayant acheté leur voiture après la révélation de l'affaire.

30 milliards d'euros

Une deuxième audience est prévue le 18 novembre. En parallèle de la procédure groupée, 61 000 requêtes individuelles ont été déposées en Allemagne, dont une partie ont abouti à des accords extra-judiciaires. Le scandale remonte à 2015, quand Volkswagen a avoué avoir équipé 11 millions de véhicules de logiciels truqueurs. Il a depuis coûté au groupe plus de 30 milliards d'euros en frais juridiques, amendes et dédommagements, déboursés pour l'essentiel aux États-Unis.

Pour l'heure, le constructeur n'a payé en Allemagne que trois amendes d'un total de 2,3 milliards d'euros, mais reste sous la menace d'une cascade de procédures civiles et pénales. Ainsi, dans un procès engagé il y a un an, des investisseurs réclament un dédommagement pour la chute spectaculaire du cours en Bourse après l'éclatement du dieselgate.

Virage électrique

La semaine passée, l'actuel patron Herbert Diess et le président du conseil de surveillance du groupe Hans Dieter Pötsch ont été renvoyés devant les juges pour manipulation de cours de Bourse. L'ex-patron Martin Winterkorn, qui a dû démissionner en 2015, a lui, en plus, été renvoyé pour «fraude».

Pour Volkswagen, le scandale du diesel «appartient à l'histoire du groupe» au même titre que «la coccinelle et la Golf», reconnaît Ralf Brandstätter, responsable de la marque VW. Mais il assure que le groupe a «profondément changé»: le constructeur mise 30 milliards d'euros sur sa nouvelle gamme électrique pour «regagner l'estime de la société». Au-delà du front judiciaire, le scandale a accéléré le déclin du diesel et les voitures diesel risquent d'être bannies de plusieurs villes allemandes en raison de leur niveau de pollution en oxydes d'azote (NOx).

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • UbuRoi le 02.10.2019 11:54 Report dénoncer ce commentaire

    Entre autres abérrations: on part du principe que seuls les clients de VW sont victimes de la pollution engendrée par les VW. Faut croire que chacun respire la pollution de sa voiture ?

  • red taz le 30.09.2019 10:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    leur amende devrait être de posser des milliers de panneaux solaires et éoliennes...

Les derniers commentaires

  • UbuRoi le 02.10.2019 11:54 Report dénoncer ce commentaire

    Entre autres abérrations: on part du principe que seuls les clients de VW sont victimes de la pollution engendrée par les VW. Faut croire que chacun respire la pollution de sa voiture ?

  • red taz le 30.09.2019 10:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    leur amende devrait être de posser des milliers de panneaux solaires et éoliennes...