Au Portugal

07 avril 2020 13:15; Act: 07.04.2020 13:35 Print

Le triangle amoureux finit en affaire sordide

Une femme de 19 ans a étranglé son ex-copain avant de le démembrer avec l'aide de sa compagne. Elles lui ont sectionné le doigt pour accéder à son portable et son compte en banque.

Sur ce sujet
Une faute?

Deux jeunes femmes ont été arrêtées jeudi dernier en Algarve, dans le sud du Portugal. Maria Malveira, 19 ans, est accusée d'avoir étranglé son ex-petit ami Diogo Goncalves, 21 ans. Elle se serait ensuite débarrassée du cadavre avec l'aide de sa compagne Mariana Fonseca, 23 ans. Mais avant cela, les deux amantes auraient coupé les doigts de la victime pour avoir accès à son compte en banque via son téléphone portable. Le jeune homme, qui travaillait dans un hôtel, avait hérité de 60 000 euros après le décès de sa mère en 2016.

Cette sombre histoire rappelle un peu l'affaire très médiatique Luca Magnotta. Car comme le dépeceur de Montréal, les deux jeunes femmes ont démembré leur victime et disséminé ses restes un peu partout dans leur région. La tête de Diogo a été retrouvée à Tavira et son torse à une heure et demi de route plus à l'ouest, à Sagres. Découpés avec une épée et un hachoir à viande, les bras et les jambes du jeune homme n'ont pas encore été retrouvés, écrit le Postal do Algarve.

Une lap dance pour l'attirer

Selon les autorités, le meurtre est survenu entre le 20 et le 25 mars, dans la maison que les deux jeunes femmes partageaient à Guia, près d'Albufeira. Maria Malveira, qui avait entretenu une liaison secrète avec Diogo avant d'emménager avec sa compagne, a piégé le jeune homme en l'attachant à une chaise, lui promettant une lap dance. C'est à ce moment-là que la jeune femme a étranglé le malheureux.

La police pense que ce meurtre sordide a été motivé par une histoire d'argent. Les deux amantes ont en effet sectionné les doigts de la victime pour pouvoir se connecter sur son compte en banque via son téléphone, et ainsi mettre la main sur son héritage. Les deux suspectes ont été incarcérées dans l'attente de leur procès. Un porte-parole de la police judiciaire a fait savoir que les amantes terribles étaient accusées de meurtre et de profanation de cadavre. Leur casier judiciaire était vierge jusqu'à présent.

(L'essentiel/joc)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Kris le 07.04.2020 20:31 Report dénoncer ce commentaire

    Tiens on n'entend pas les féministes sur ce coup..

  • Thierry le 08.04.2020 12:21 Report dénoncer ce commentaire

    Je retiens que ce sont des vraies femmes: elles ont bien pensé au portable.

  • Délit le 07.04.2020 18:19 Report dénoncer ce commentaire

    On parle ici d'un acte prémédité et intentionnel, donc aucun pardon possible. Idem pour les actes terroristes, braquages et attaques à mains armées. Violence conjugale et viol devraient aussi être sanctionnés sévèrement

Les derniers commentaires

  • jesuisfandevous le 08.04.2020 14:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça craint le Portugal dis donc

  • Thierry le 08.04.2020 12:21 Report dénoncer ce commentaire

    Je retiens que ce sont des vraies femmes: elles ont bien pensé au portable.

  • charlotte le 08.04.2020 09:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    quelque soit le sexe des tueurs, c'est horrible de tuer pour de l'argent, de plus de cette façon. Aucun respect pour la vie, la morts. c'est pire que des animaux qui en général tuent pour se nourrir. Voilà un exemple de l'être humain, qui est sans conteste dans ce cas la perte d'humanité

  • Kris le 07.04.2020 20:31 Report dénoncer ce commentaire

    Tiens on n'entend pas les féministes sur ce coup..

    • La Nat le 08.04.2020 09:02 Report dénoncer ce commentaire

      remarque digne d'un grand macho doté d'un complexe d'infériorité.

  • Knipchen le 07.04.2020 19:24 Report dénoncer ce commentaire

    Soyons rassurés, dans 10 ans, elles seront sorties pour bonne conduite !