Cochons en danger

11 décembre 2019 07:28; Act: 11.12.2019 11:00 Print

L'Allemagne en alerte face à la peste porcine

L'Allemagne tente d'empêcher des sangliers venant de pays limitrophes de transmettre la peste porcine, synonyme de désastre économique dans un pays où le cochon est roi.

storybild

Après des cas de peste porcine découverts en Belgique l'an dernier mais rapidement maîtrisés, les regards se tournent désormais vers l'est. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Chiens renifleurs, drones ou clôtures électriques: l'Allemagne essaie par tous les moyens d'empêcher des sangliers venant de pays limitrophes de transmettre la peste porcine, synonyme de désastre économique dans un pays où le cochon est roi. Les autorités allemandes s'inquiètent de l'avancée rapide de cette maladie virale très contagieuse chez les suidés mais inoffensive pour les humains. Après des cas découverts en Belgique l'an dernier mais rapidement maîtrisés, les regards se tournent désormais vers l'est.

L'apparition d'un foyer mi-novembre dans l'ouest polonais avait déjà inquiété la filière. Mais la découverte début décembre d'un sanglier porteur de la peste porcine africaine (PPA) à Nowogrod Bobrzanski, à seulement quarante kilomètres de la frontière, a mis les autorités allemandes en alerte. «La question n'est plus de savoir si la PPA atteindra l'Allemagne, mais quand! Le virus survit dans la boue des passages de roue jusqu'à 100 jours», s'émeut Torsten Reinwald, porte-parole de la Fédération allemande de chasse, interrogé par l'AFP. C'est donc le branle-bas de combat dans plusieurs régions allemandes, où sont testées différentes méthodes pour le traquer.

Des ravages dans les pays de l'Est

Une unité spéciale de six chiens renifleurs formés à dénicher les sangliers décédés a été mise en place dans la Sarre, voisine de la France. Son but: retrouver rapidement d'éventuelles carcasses d'animaux qui étaient malades. En Saxe, limitrophe de la Pologne, chasseurs, vétérinaires et secouristes se forment lors d'exercices pratiques. Armés de drones ou de caméras infrarouges, ils simulent l'apparition d'un cas infectieux et sa gestion. Plus au nord, le Mecklembourg-Poméranie-Occidentale a acheté pour 50 000 euros une clôture électrifiée mobile de 50 kilomètres, dans l'espoir de limiter les passages de phacochères parvenant de Pologne.

Une éventualité devenue réalité au Danemark: très prévoyant, le royaume scandinave vient de terminer la construction d'une barrière de 70 kilomètres sur sa frontière avec l'Allemagne, censée bloquer toute arrivée de sangliers. Depuis 2014, le virus s'est d'abord propagé dans les pays de l'Est (Lettonie, Lituanie, Pologne, Serbie, Ukraine, Moldavie, Slovaquie, Roumanie), y faisant des ravages dans les populations porcines. «La possibilité d'une infection venant de sangliers malades traversant la frontière est très élevée, davantage aujourd'hui que par inadvertance humaine», admet Sandra Blome, responsable des laboratoires nationaux pour la peste porcine à l'Institut Friedrich-Loeffler.

Cette dernière piste était pourtant jusqu'à présent privilégiée: un sandwich au jambon contaminé par la PPA, qui peut survivre plusieurs mois dans des produits fumés, jeté par terre et mangé par un sanglier. «Depuis son apparition en Europe en 1957, le virus a presque toujours été importé dans d'autres pays par des aéroports ou des ports. Il a pu être exterminé partout, sauf en Sardaigne», rappelle Mme Blome. Des affiches informatives du ministère de l'Agriculture, invitant les voyageurs à ne pas laisser traîner leurs restes de repas, fleurissent ainsi dans les trains et aires de repos.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Panoramix le 11.12.2019 10:21 Report dénoncer ce commentaire

    Faut appeler Obelix. Lui est spécialiste pour les sangliers. L'affaire sera vite réglée.

Les derniers commentaires

  • Panoramix le 11.12.2019 10:21 Report dénoncer ce commentaire

    Faut appeler Obelix. Lui est spécialiste pour les sangliers. L'affaire sera vite réglée.