En Espagne

30 mai 2019 15:51; Act: 31.05.2019 10:51 Print

La diffusion de sa sextape la pousse au suicide

La police enquête sur le suicide d'une jeune femme, après la diffusion d'une vidéo à caractère sexuel qui aurait été vue par ses collègues, au sein d'une usine de camions Iveco.

storybild

La victime travaillait chez Iveco, une usine de camions. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«Une femme s'est suicidée le 25 mai chez elle, la police nationale d'Alcalá de Henares (près de Madrid) enquête pour vérifier si un délit contre son intimité et son honneur a été commis», a indiqué à l'AFP, un porte-parole de la police.

Selon différents médias espagnols, une vidéo intime tournée il y a cinq ans dans laquelle apparaissait la jeune femme de 32 ans avait récemment été diffusée sur WhatsApp et vue par une grande part des 2 500 employés de l'usine Iveco de San Fernando de Henares, près de Madrid, où elle travaillait.

Harcelée par un collègue

Les enquêteurs «le vérifieront par des moyens informatiques et verront s'il y a une responsabilité des personnes qui l'ont diffusée», a ajouté le porte-parole de la police. «Il y avait des regards, des gens qui allaient la voir à son poste de travail pour savoir qui était la collègue (apparaissant sur la vidéo), elle a souffert d'une grande pression», a déclaré à la chaîne La Sexta Ivan Cancho, l'un de ses collègues, membre du syndicat CGT, lors d'un rassemblement de salariés, mardi. Selon la presse, la jeune femme était mariée et mère de deux jeunes enfants.

L'entreprise Iveco à Madrid n'a pu être jointe mercredi par l'AFP. Dans un communiqué, le comité d'entreprise a évoqué «la douleur et la consternation» des salariés et dénoncé «l'usage irresponsable des réseaux sociaux qui a des conséquences tragiques». «Dans ce cas, les responsabilités sont partagées et devront être établies», a écrit le CE.

Plainte

Le syndicat Commissions ouvrières (CCOO), auquel la jeune femme était affiliée, considère que les faits relèvent du harcèlement sexuel et a annoncé qu'il porterait plainte devant l'inspection du travail pour dénoncer «l'inaction de l'entreprise». «L'entreprise, qui depuis le 23 mai savait que la femme était harcelée par un collègue, n'a rien fait pour l'éviter», a accusé le syndicat dans un communiqué.

Le Code pénal espagnol prévoit une peine de trois mois à un an de prison en cas de diffusion d'enregistrements audiovisuels d'une personne sans son autorisation, «quand cette divulgation porte gravement atteinte à l'intimité de cette personne».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.