En Italie

08 avril 2020 18:12; Act: 08.04.2020 18:54 Print

Le confinement a peut-​​être évité un terrible drame

Un pont d'ordinaire assez fréquenté s'est effondré, mercredi entre Gênes et Florence. Il n'y avait que deux camions sur l'ouvrage, et l'un des chauffeurs a été blessé.

Sur ce sujet
Une faute?

Les images sont impressionnantes. Mercredi, un pont routier situé entre Gênes et Florence s'est totalement écroulé. L'incident est survenu près de la ville d'Aulla, sur une route secondaire d'ordinaire assez fréquentée. Confinement oblige, il y avait peu de monde sur l'ouvrage long de 330 m, au moment de l'effondrement. Selon les pompiers, un chauffeur de poids lourd a subi des blessures thoraciques et a été transféré à l'hôpital. Son pronostic vital ne serait pas engagé, selon Il Fatto Quotidiano.

Le conducteur d'un deuxième camion a pu se mettre à l'abri in extremis. Il est en état de choc. L'infrastructure avait été endommagée par les intempéries de novembre dernier et de nombreux riverains réclamaient sa fermeture.

Premières alarmes en 2013

Cet accident «est extrêmement grave. Les premières alarmes sur la stabilité du pont remontent à 2013, mais elles étaient tombées dans le vide. Probablement parce qu'une éventuelle fermeture du pont aurait eu (...) des répercussions économiques importantes sur tout le territoire», a dénoncé Deborah Bergamini, vice-présidente de la commission transports de la Chambre des députés et membre du parti Forza Italia de Silvio Berlusconi (centre droit).

Après la réparation du pont en novembre dernier, la Société nationale pour les routes (Anas) avait cependant donné le feu vert à un trafic illimité sur ce pont. La ministre des Infrastructures et des Transports, Paola De Micheli, a demandé un rapport détaillé à la direction d'Anas.

Aulla se situe à une centaine de kilomètres de Gênes, où le pont Morandi s'est effondré le 14 août 2018. Le drame avait fait 43 victimes.

(L'essentiel/joc)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Luludesvilles le 08.04.2020 20:03 Report dénoncer ce commentaire

    Ils devraient demander aux Romains comment ils faisaient pour construiredes édifices qui ont perduré des siècles!! Tout fout le camp ;-)

  • Max le 08.04.2020 20:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Non c’est la mafia qui doit arrêter de construire des ponts et laisser les ingénieurs calculer au mieux le béton. Toujours l’argent ...

  • michel23 le 08.04.2020 20:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et dire qu’il y a des ponts romains de 2000 ans qui tiennent encore !

Les derniers commentaires

  • Sans blague le 09.04.2020 09:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si l'on examine la vidéo de près il est impossible de ne pas constater la dégradation du béton, réduit à un amalgame de poussière depuis beaucoup trop longtemps. Ce pont aurait dû être dynamité il y a au moins vingt ans.

  • xyz le 09.04.2020 07:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    En Italie, il faudrait peut-être réévaluer les critères d’évaluation aux universités. Comment est-ce possible que TOUS ou presque tous les universitaires terminent leurs études avec le plus haut vote possible (à savoir 110 e lode). Cela est inimaginable dans les pays de l’Europe du Nord et de l’Ouest où les votes aux universités sont beaucoup plus sévères. Donc inévitable que des choses similaires arrivent. Les véritables ingénieurs (les vrais qui le méritent vraiment) passent à travers la maille du filet à cause de tous les autres qui ont terminé leurs études comme eux en repassant un examen nombre de fois pour avoir la note souhaitée. Le gouvernement devrait se poser des questions!!! Et un pays si merveilleux... heureusement qu’il n’y ait pas de morts/blessés et bonne guérison au chauffeur blessé :-/

  • TontonB le 09.04.2020 04:34 Report dénoncer ce commentaire

    Cela fait deja deux ponts ... s'ils construisent les hopitaux comme les ponts, on a peut être la raison pour l'ampleur de la crise la bas ...

  • Unicorn le 09.04.2020 00:07 Report dénoncer ce commentaire

    Encore, mais où est la fierte des italiens, quand les monuments de leurs ancêtres tiennent des centaines d'années. Je suis très déçu de mes origines.

  • Le Belge, une fois le 08.04.2020 21:24 Report dénoncer ce commentaire

    C'est une habitude chez eux....ce qu'on gagne sur les matériaux atterri bien dans une poche.