Grande manifestation

02 décembre 2018 15:47; Act: 02.12.2018 15:55 Print

Les opposants géorgiens crient à la fraude

Une grande manifestation a rassemblé plusieurs milliers de personnes dimanche à Tbilissi, la capitale de la Géorgie, quatre jours après l'élection présidentielle.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

Plusieurs dizaines de milliers de Géorgiens se sont réunis dimanche dans les rues de la capitale Tbilissi pour protester contre l'élection présidentielle remportée mercredi par la candidate du pouvoir, scrutin qu'ils estiment truqué. Réclamant des élections législatives anticipées, les manifestants ont afflué sur l'avenue Roustaveli, imposante artère de la capitale géorgienne sur laquelle est notamment situé le Parlement. Beaucoup brandissaient des drapeaux géorgiens ou de l'Union européenne.

Mercredi, l'ex-diplomate Salomé Zourabichvili a été élue présidente avec plus de 59% des voix au second tour de l'élection présidentielle mais l'opposition géorgienne, qui s'était présentée à l'élection relativement unie, a refusé de reconnaître les résultats. Salomé Zourabichvili était soutenue par le parti du Rêve géorgien fondé par Bidzina Ivanichvili, l'homme le plus riche du pays que beaucoup considèrent comme le véritable maître du pays, même s'il s'est officiellement retiré de la politique.

«Les gens sont dans la rue aujourd'hui parce que les élections étaient truquées», a déclaré Gia Mgeladze, 20 ans: «Je défends le droit des gens à changer de pouvoir à travers des élections équitables». L'ancien président Mikhaïl Saakachvili, aujourd'hui en exil aux Pays-Bas, a fait une apparition sur un écran géant sous les vivats de ses partisans. «Le futur de la Géorgie est en train de naître aujourd'hui, a clamé l'ancien président. Nous allons nous battre pacifiquement et nous n'allons pas abandonner». Mikhaïl Saakachvili était arrivé au pouvoir en 2003 à la faveur d'un soulèvement pacifique, la «Révolution des Roses». Mais ses dix années à la tête du pays ont été chaotiques, certains l'accusant de dérives autoritaires, et il avait perdu la présidence en 2012 au bénéfice de Bidzina Ivanichvili.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • duvaro le 02.12.2018 17:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L'Europe n'a pas besoin de la Géorgie malgré leurs drapeaux de l'UE. C'est déjà bien assez problématique à 27 sans accepter un boulet de plus.

  • Slic le 02.12.2018 17:43 Report dénoncer ce commentaire

    Si quelqu'un perd les élections il crie tout de suite à la fraude

  • Seul choix le 03.12.2018 03:40 Report dénoncer ce commentaire

    Le seul choix pour la Géorgie est de se finlandiser, çàd de devenir neutre, dans le but, non seulement de préserver la souveraineté nationale, mais également de ne pas défier une puissance voisine. Après l'invasion de l'URSS/Russie en 1939, la Finlande n'avait qu'un seul choix pour rester plus ou moins indépendante à la fin de la WWII. À la finlandisation est aussi étroitement associée une politique d'autocensure, de sujets qui sont jugés « antisoviétiques », mais la Géorgie le veut-elle vraiment?

Les derniers commentaires

  • SovietGirl le 03.12.2018 04:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bien sûr on va encore accuser mon pays alors pour ceux qui veulent savoir, mon pays n'a rien fait là-bas depuis la guerre contre la Géorgie en 2008.

    • Novitchok le 03.12.2018 18:07 Report dénoncer ce commentaire

      Bien sûr, bien sûr! On le savait déjà!

  • Peut-être le 03.12.2018 03:47 Report dénoncer ce commentaire

    Peut-être ils doivent se soumettre pour le moment à leur voisin l'URSS/Russie pour éviter les problèmes?

  • Seul choix le 03.12.2018 03:40 Report dénoncer ce commentaire

    Le seul choix pour la Géorgie est de se finlandiser, çàd de devenir neutre, dans le but, non seulement de préserver la souveraineté nationale, mais également de ne pas défier une puissance voisine. Après l'invasion de l'URSS/Russie en 1939, la Finlande n'avait qu'un seul choix pour rester plus ou moins indépendante à la fin de la WWII. À la finlandisation est aussi étroitement associée une politique d'autocensure, de sujets qui sont jugés « antisoviétiques », mais la Géorgie le veut-elle vraiment?

    • Novitchok le 03.12.2018 08:29 Report dénoncer ce commentaire

      La Géorgie et la Finlande n'ont absolument rien en commun! Pourquoi d'ailleurs parler de Finlande?

  • Rigoberta le 03.12.2018 00:22 Report dénoncer ce commentaire

    Moi je suis d'accord avec duvaro, mieux vaut donner la Géorgie pour annexion à l'URSS/Russie que de l'adopter dans l'UE bien assez problématique à 27.

    • Fritz le 03.12.2018 08:35 Report dénoncer ce commentaire

      duvaro n'a pas dit cela! Vous déformez son commentaire.

  • duvaro le 02.12.2018 17:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L'Europe n'a pas besoin de la Géorgie malgré leurs drapeaux de l'UE. C'est déjà bien assez problématique à 27 sans accepter un boulet de plus.