Tourisme aux Pays-Bas

22 mars 2019 08:39; Act: 22.03.2019 11:15 Print

«Les travailleuses du sexe» vont être protégées

Amsterdam prend des mesures pour limiter les activités touristiques anarchiques et «irrespectueuses» envers les prostituées, qui entreront en vigueur en 2020.

storybild

Les travailleuses se plaignent de voir disparaître les clients, remplacés par des fêtards et des curieux.

Sur ce sujet
Une faute?

«De nos jours, il n'est plus acceptable que les travailleuses du sexe soient encore vues comme des attractions touristiques», a justifié Udo Kock, vice-maire d'Amsterdam. Il a présenté cette semaine un nouveau règlement municipal, qui vise à bannir les tours guidés du «Quartier rouge» de la capitale. Des activités jugées «irrespectueuses», comme le rapporte le site DutchNews.

La mesure s'appuie sur une enquête auprès des prostituées travaillant dans les célèbres vitrines éclairées de couleurs chaudes: 80% d'entre elles estiment que le défilé de grappes de touristes est mauvais pour leurs affaires. L'interdiction, qui entrera en vigueur le 1er janvier prochain, concernera surtout les tours «gratuits» proposés par des guides amateurs.

1 000 groupes par semaine

Ce type d'activités se développe de façon anarchique. Oudekerksplein, place au cœur du «Quartier rouge», voit ainsi s'arrêter en moyenne 1 000 groupes par semaine, selon les autorités, avec des pointes à 28 groupes par heure à midi et le soir.

Amsterdam souffre d'un tourisme bas de gamme de plus en plus envahissant. La cité de 850 000 habitants a accueilli 19 millions de visiteurs l'an passé, dont bon nombre de fêtards. Résultat: certains quartiers, surtout les plus pittoresques, deviennent invivables. Poussée par le ras-le-bol de la population, la municipalité a mis des limites à la prolifération des boutiques de souvenirs, des offres sur Airbnb, ainsi qu'à l'ouverture de nouveaux hôtels.

(L'essentiel/arg)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • LePetitBelge le 22.03.2019 13:36 Report dénoncer ce commentaire

    C'est très bien. Chaque travailleur ou travailleuse a droit au respect. Ce sont des travailleuses du sexe pas des animaux dans un zoo. La prostitution encadrée avec une reconnaissance sociale, des soins médicaux etc est le minimum que l'on puisse offrir à ces dames qui font le plus vieux métier du monde comme toute interdiction ne fait que les projeter dans la précaritée

  • Finally le 22.03.2019 10:09 Report dénoncer ce commentaire

    Finalement, marre de voir des hommes rigoler sur eux, personne ne sait combien elles en ont besoin de cet argent.

  • Zen le 22.03.2019 18:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Exactement du même avis. Il faut légaliser la prostitution, leur permettre de cotiser pour leur retraite et surtout les protéger de la traite des êtres humains (mafia, etc...

Les derniers commentaires

  • Zen le 22.03.2019 18:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Exactement du même avis. Il faut légaliser la prostitution, leur permettre de cotiser pour leur retraite et surtout les protéger de la traite des êtres humains (mafia, etc...

  • Tom le 22.03.2019 13:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout à fait d'accord.

  • LePetitBelge le 22.03.2019 13:36 Report dénoncer ce commentaire

    C'est très bien. Chaque travailleur ou travailleuse a droit au respect. Ce sont des travailleuses du sexe pas des animaux dans un zoo. La prostitution encadrée avec une reconnaissance sociale, des soins médicaux etc est le minimum que l'on puisse offrir à ces dames qui font le plus vieux métier du monde comme toute interdiction ne fait que les projeter dans la précaritée

    • Fairytale le 22.03.2019 18:16 Report dénoncer ce commentaire

      Tout à fait d'accord avec vous ! Et n'oublions pas que sans elles il y aurait encore plus d'abus sexuels en tous genres

  • Diukdiuk le 22.03.2019 13:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Excellente initiative ! Ces femmes ne font sans doute pas cela par choix mais par obligation .. ce commerce est un de ceux qu’il ne faut pas promouvoir car il est effectivement contre le respect et la cause pour laquelle les femmes se battent a juste raison.

    • Sandro le 22.03.2019 16:55 Report dénoncer ce commentaire

      Hm .............. pas toutes.

    • Fred le 22.03.2019 23:15 Report dénoncer ce commentaire

      @ Diukdiuk: Elles le font par choix pour gagner beaucoup d'argent facilement. Rien ne les empêche de travailler comme agent de surface ou femme de ménage mais effectivement gagneront beaucoup moins.

  • Finally le 22.03.2019 10:09 Report dénoncer ce commentaire

    Finalement, marre de voir des hommes rigoler sur eux, personne ne sait combien elles en ont besoin de cet argent.

    • Fred le 22.03.2019 16:47 Report dénoncer ce commentaire

      @ Finally: Sais tu au moins combien elles gagne???? Au Luxembourg sont imposée forfaitairement sur base de 10000 € par mois et aucune ne se plaint donc c'est qu'elles les gagnent largement.