Sud de l'Italie

16 janvier 2020 13:00; Act: 16.01.2020 14:23 Print

Procès contre la mafia, deux bombes explosent

Une bombe a explosé, jeudi à Foggia, sans faire de victimes, deux semaines après une première explosion visant un témoin-clé dans un procès contre la mafia locale.

storybild

L'explosion de jeudi a détruit une partie de l'entrée située au rez-de-chaussée, du centre pour personnes âgées, sans faire de blessés. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Une résidence pour personnes âgées a été visée jeudi, à l'aube, à Foggia, dans le sud de l'Italie. Elle est gérée par une coopérative, «Sanita Piu» (Santé plus), dont l'un des responsables est Christian Vigilante, un témoin dans un important procès contre la mafia locale. Le 3 janvier, une première bombe avait détruit la voiture de Christian Vigilante et endommagé six autres véhicules proches. Cette bombe, très puissante et qui visait clairement M. Vigilante, avait entraîné une réponse forte de la société civile, avec une manifestation d'environ 20 000 personnes, selon des décomptes policiers, organisée le 10 janvier dans cette localité des Pouilles, à l'appel de Libera, la plus célèbre association antimafia d'Italie.

L'explosion de jeudi a détruit une partie de l'entrée située au rez-de-chaussée du centre pour personnes âgées sans faire de blessés, et a endommagé plusieurs voitures à proximité, selon les constatations de la police locale. Elle a précédé de quelques heures la visite en ville du commissaire spécial du gouvernement contre le racket, qui doit rencontrer les responsables des forces de l'ordre locaux. Une réunion du comité local pour l'ordre et la sécurité est en outre prévue vendredi dans la même ville.

Tentative de racket

Christian Vigilante est témoin dans un procès contre 29 membres présumés de la mafia de Foggia, accusés de tentative d'extorsion envers «Sanita Piu», qui est présidée par Luca, frère de Christian. Les mafieux présumés auraient tenté de racketter l'entreprise et d'obtenir de la part de Christian Vigilante l'embauche de personnes qui leurs sont proches. La Societa foggiana, comme est baptisée l'organisation mafieuse locale, est une branche de la Sacra Corona Unita, la mafia des Pouilles, qui a commencé à se développer dans les années 80.

Selon le journaliste-écrivain Roberto Saviano, auteur du livre Gomorra, «elle a été ignorée des médias», ce qui lui a permis de se développer et d'étendre son emprise sur jusqu'à 80% des commerçants de Foggia qui sont obligés de lui payer le «pizzo», un versement en échange de sa «protection», selon des calculs de la préfecture de police locale.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.