En Norvège

17 juillet 2020 13:36; Act: 17.07.2020 16:10 Print

Un homme de 51 ans arrêté pour l'alerte à la bombe

Un appareil en provenance de Londres a dû se poser à Oslo, après une alerte à la bombe. Tous les passagers ont été évacués. Un Britannique a été arrêté.

storybild

L'avion s'est posé en urgence.

Sur ce sujet
Une faute?

La police norvégienne a arrêté un Britannique de 51 ans suspecté d'avoir déclenché une alerte à la bombe en plein vol, vendredi, à bord d'un avion de Ryanair reliant Londres à Oslo, a-t-elle annoncé.

L'avion de la compagnie à bas coûts irlandaise s'est posé sans encombre en milieu de journée à l'aéroport international de Gardermoen, à une cinquantaine de kilomètres au nord-est de la capitale norvégienne.

Les 142 passagers ont tous été évacués. Aucun blessé n'a été rapporté.

«La police a les choses sous contrôle et a interpellé un homme de 51 ans, soupçonné d'être à l'origine des menaces. L'homme est un citoyen britannique», a déclaré un responsable de la police, Olav Unnestad, dans un communiqué.

«Nous avons lancé une enquête et nous entendrons l'homme le plus rapidement possible», a-t-il ajouté.

Une menace écrite

Selon les médias norvégiens, la menace avait la forme d'une note écrite retrouvée à bord de l'avion, laquelle a déclenché une alerte environ 40 minutes avant l'atterrissage.

D'après le site spécialisé Flightradar24, l'appareil est un Boeing 737 qui avait décollé de l'aéroport londonien de Standsted en début de matinée.

L'incident a entraîné le déploiement à Gardermoen d'importantes forces de police, y compris une équipe d'élite d'intervention et des démineurs qui ont entrepris l'inspection de l'avion.

Celui-ci a été escorté par des chasseurs F16 danois qui ont franchi le mur du son pour le rejoindre dans les airs, a indiqué le ministère danois de la Défense sur Twitter.

Mardi, un autre appareil de Ryanair reliant Cracovie à Dublin avait été contraint de se poser à Londres, après la découverte dans les toilettes d'une note affirmant qu'il y avait des explosifs à bord. La police britannique avait arrêté deux hommes.

(L'essentiel/afp)