En Ukraine

08 décembre 2019 15:27; Act: 09.12.2019 17:53 Print

Zelensky mis sous pression par une manifestation

Un défilé ayant rassemblé environ 5 000 personnes dimanche exige que le président ukrainien ne capitule pas face à Moscou. Un sommet sera organisé lundi.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Environ 5 000 manifestants ont appelé dimanche à Kiev le président ukrainien Volodymyr Zelensky à ne pas céder à la pression de Moscou, à la veille d'une rencontre avec Vladimir Poutine lors d'un sommet sur le conflit ukrainien à Paris. Les manifestants, qui ont répondu à l'appel notamment du parti de l'ex-président Petro Porochenko, se sont réunis dans le centre de la capitale ukrainienne pour ce rassemblement baptisé «Des lignes rouges pour Zelensky».

Des militants du parti d'extrême droite Svoboda étaient aussi présents, de nombreux de participants brandissant des pancartes sur lesquelles était écrit «Non à la capitulation», «Gaz russe - la corde autour du cou». «J'ai peur des résultats (du sommet). Je n'attends rien de bon de notre président parce que c'est une personne faible. J'ai peur qu'il vende les intérêts de l'État», a déclaré à l'AFP Anna Gnylytska, une agricultrice de 47 ans venue de la région de Zaporijia.

La nouvelle Eglise orthodoxe ukrainienne, qui a obtenu il y a un an son indépendance de la tutelle religieuse de Moscou, a annoncé qu'elle observerait dimanche une journée de prières pour «une paix juste et la victoire de notre peuple et notre État». Volodymyr Zelensky et Vladimir Poutine se retrouvent lundi à Paris, leur premier rendez-vous sous une médiation franco-allemande, pour relancer les pourparlers de paix sur l'est de l'Ukraine, où la guerre entre Kiev et des séparatistes pro-russes commencée il y a plus de cinq ans a fait plus de 13 000 morts.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Stéphanie le 08.12.2019 17:51 Report dénoncer ce commentaire

    13.000 morts, dont 11.500 enfants, personnes âgées et adultes civils innocents. Une honte!

  • nepu le 08.12.2019 20:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quel simplisme rafraîchissant

  • Toto le 08.12.2019 16:51 Report dénoncer ce commentaire

    Céder = abandonner à quelqu'un volontairement ou non, avec ou sans contrepartie, un bien, un droit ou un avantage dont on jouit ou auquel on peut prétendre? Je me demande dès lors en quoi il ne doit pas céder à Moscou. Que peut il céder à Poutine? Ils parleront de l'Ukraine de l'est séparatiste et Moscou n'a nullement l'intention de les annexer. Quant à la Crimée, on n'en parle même plus, elle est russe et finito

Les derniers commentaires

  • @Pauvre Zelensky le 10.12.2019 04:03 Report dénoncer ce commentaire

    Le plan de Poutine pour l'Ukraine fonctionne mieux qu'il n'aurait pu l'espérer, bien que Zelensky puisse être novice sur le plan géopolitique, il a aussi des avantages. Il jouit d'un large mandat populaire, malgré une baisse récente dans les sondages. Il représente une alternative plus jeune à la direction post-soviétique de plus en plus gériatrique qui dirige actuellement la Russie, et il peut parler avec Poutine dans sa propre langue.

    • L'Ukrainien le 10.12.2019 11:23 Report dénoncer ce commentaire

      N'empêche que sa marge est extrêmement étroite. Il peut corriger et innover en Ukraine même, mais l'est de l'Ukraine est toute une autre histoire. Les rebelles poseront leurs armes sans contre partie? Des haines se sont installées, certaines gens qui ne pensent qu'à se venger, d'autres qui ne vont jamais pardonner. N'oubliez pas non plus que les oligarques ukrainiens ne vont jamais permettre au président des réformes qui iront à l'encontre de leurs intérêts, or pour une Ukraine démocratique il devra le faire. Russie et Ukraine = même combat.

    • Yura le 10.12.2019 14:00 Report dénoncer ce commentaire

      "Et il peut parler avec Poutine dans sa propre langue". Le contraire est vrai aussi : Poutine parle très bien l'ukrainien, il avait d'ailleurs répondu à l'ex président Porochenko lors d'un live télévisé!

  • Wayi le 09.12.2019 09:43 Report dénoncer ce commentaire

    Le conflit en question est en faite une guerre civile et je ne comprends pas ce que l'Allemagne vient faire dans cette discussion. La France, en tant que lieu de rencontre, devrait y assister bien sûr, mais seulement comme observateur. Ceux qui doivent s'assoir autour de la table sont Zelensky et un représentant des rebelles. Tous les autres sont inutiles, voir même encombrants

  • Pauvre Zelensky le 09.12.2019 08:37 Report dénoncer ce commentaire

    La marche de manœuvre de Zelensky est étroite. Quelle sont les possibilités? L'Est de l'Ukraine devient indépendant ou annexé par la Russie - ce serait l'allumette qui met le feu aux poudres. La région de Karkov et tout le sud de l'Ukraine avec Odessa et Nicolaief suivraient le mouvement et si on ajoute l'ouest avec les populations polonaises et hongroises ce serait quasiment la mort de ce pays. - Un autre problème pour Zelensky est qu'il devra en finir avec toutes ces milices armées. Il devra aussi obtenir le départ de tous les étrangers qui se battent en Ukraine, Russes, Polonais, Géorgiens

    • Victor le 09.12.2019 09:38 Report dénoncer ce commentaire

      Que pensez vous d'une "Fédération d'Ukraine"? A mon avis ce serait une solution possible

  • nepu le 08.12.2019 20:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quel simplisme rafraîchissant

  • Stéphanie le 08.12.2019 17:51 Report dénoncer ce commentaire

    13.000 morts, dont 11.500 enfants, personnes âgées et adultes civils innocents. Une honte!