Débat sur la procréation

19 janvier 2020 21:04; Act: 20.01.2020 11:22 Print

«Il est où papa? Au rayon surgelé»

Des milliers de manifestants ont réclamé à Paris, le retrait du projet de loi autorisant aux couples de femmes l'accès à la procréation médicalement assistée.

Sur ce sujet
Une faute?

«Liberté, égalité, paternité»: environ 26 000 opposants à l'accès des couples de femmes à la procréation médicalement assistée (PMA) ont défilé dimanche, à Paris, à l'avant-veille de l'examen au Sénat du projet de loi sur la bioéthique.

Le nombre de manifestants, compté par le cabinet Occurrence pour un collectif de médias dont l'AFP, est presque trois fois moindre que lors du précédent rassemblement, le 6 octobre, qui avait réuni 74 500 personnes dans les rues de la capitale, avant le vote du texte par l'Assemblée nationale, la Chambre basse du parlement.

«Il est où papa? Au rayon surgelé», proclamait une affiche. «Mère 1, mère 2, où est la parité?», demandait une autre.

«PMA, GPA (NDLR: gestation pour autrui), on n'en veut pas», «maman tu es unique, papa, t'es fantastique», scandait le cortège. Ce public familial est arrivé de toute la France à l'appel du collectif «Marchons Enfants!» qui réunit 22 associations.

«Retrait du projet de loi antiéthique »

«Nous sommes ici pour réclamer le retrait de ce projet de loi antiéthique (...), ce qui permettra de le réécrire sur des bases de fraternité, solidarité, de respect de l'être humain», a déclaré Ludovine de la Rochère, la présidente de «la Manif pour tous», qui a par le passé organisé des manifestations contre le mariage homosexuel.

«La PMA sans père ferait des orphelins de père», a-t-elle mis en garde, condamnant «la création d'une filiation d'intention qui ne correspond à rien».

Les sénateurs, qui examinent le projet à partir de mardi, ont déjà adopté le texte en commission spéciale le 8 janvier, dont l'article 1 sur la procréation médicalement assistée, malgré l'hostilité d'une partie de la droite, majoritaire dans la Chambre haute du parlement.

Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, s'est dit juste avant la manifestation opposé à toute reculade: «Le programme du gouvernement est clair et ne déviera pas», a-t-il tranché, rappelant que ce point «était dans le programme» du président Emmanuel Macron.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • livingMan le 20.01.2020 00:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et il y en a combien dès orphelins de père , des couples dysfonctionnel chez les hétéro ! Et encore pire parfois Dutroux : hétérosexuelle 2 enfants naturel , et quoi .... un père exemplaire peut être ?! Il vaut mieux que l’enfant soit né dans une famille aimante et bienveillante qu’elle soit homo ou hetero. C’est tout.

  • Marc le 20.01.2020 08:43 Report dénoncer ce commentaire

    Toujours surprenant de voir des milliers de personnes descendant dans la rue pour protester contre quelque chose qui ne les regarde pas. Vivre et laisser vivre....

  • noukie le 20.01.2020 06:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ah, homophobie quand tu nous tiens!!! le jour où les gens comprendront que les enfants ont simplement besoin d amour de leur parents hétéro ou homo plutôt que de se construire au sein d un couple qui ne s entend pas... on aura tout gagné. l homophobie n est pas non plus une maladie!!! a quand la polémique sur la reproduction des gens vegans!!!

Les derniers commentaires

  • pougnette le 20.01.2020 13:07 Report dénoncer ce commentaire

    à tous les commentateurs, la PMA c'est aussi pour les célibataires. L'enfant devient un bien de consommation !

  • Comptes le 20.01.2020 12:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un jour ces enfants demanderont des comptes. Qu'on le veuille ou pas ils ont un père, c'est un fait absolument incontestable, et ils demanderont à le connaître et, "accessoirement" apparemment, à l'aimer.

  • Marina Bobarskaya le 20.01.2020 11:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Normalement comme mon collègue Nico57, contre. D'ailleurs chez nous en URSS/Russie, tout le monde est contre !!!

    • Olivier le 21.01.2020 08:19 Report dénoncer ce commentaire

      on n'en peut rien si votre pays est sous développé

  • Mes deux seins le 20.01.2020 11:08 Report dénoncer ce commentaire

    L'égalité voudrait que si la PMA est autorisée, la GPA le serait aussi. Un couple d'hommes est-il moins apte a élever un enfant qu'un couple de femmes ? C'est ridicule comme raisonnement. En tout cas, les actes médicaux faits par convenance personnel uniquement ne devrait pas être pris en charge par la sécurité sociale (chirurgie esthétique superficielle, pma, ivg, contraception, etc.).

  • realite le 20.01.2020 10:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vous être dans le Denis, que dit la bible ?