Production d'acier en Moselle

04 avril 2020 09:57; Act: 04.04.2020 11:44 Print

«Je ne vais pas au travail la boule au ventre, mais...»

FLORANGE - Sur le site d'ArcelorMittal à Florange (Moselle), salariés et syndicats sont partagés sur la reprise de la production d'acier en pleine crise du coronavirus.

storybild

Après une semaine d'arrêt, le site de Florange a repris la production d'acier. (photo: AFP/Jean-christophe Verhaegen)

Sur ce sujet
Une faute?

«Est-ce que c'est raisonnable de poursuivre l'activité industrielle alors que la région connaît une crise (sanitaire) rarissime? Il faut fournir les clients, c'est la seule doctrine qui a été importante», dénonce Frédéric Weber, représentant FO sur le site. «Outre le fait d'être infecté par le Covid-19 au travail, la direction peut-elle confirmer une prise en charge optimale si un accident du travail devait se produire alors que nos hôpitaux sont submergés?», s'interroge aussi Lionel Burriello, de la CGT.

Le Grand Est est l'une des régions les plus touchées par l'épidémie de coronavirus. Selon les syndicats, deux salariés du site de Florange, qui emploie près de 2 300 personnes, ont été contaminés par le Covid-19 et plusieurs personnes ont présenté des symptômes. Les syndicats, estimant que les conditions n'étaient pas réunies pour garantir la sécurité des salariés, avaient obtenu l'arrêt temporaire des activités.

«Un fournisseur critique pour d'autres acteurs industriels»

Mais après une semaine, le site a repris la production d'acier. «Les principaux leaders du secteur de l'emballage ont demandé à la direction du site de continuer à leur fournir l'acier nécessaire à la fabrication des boîtes de conserve qui connaissent aujourd'hui une demande considérable et qui, dans le contexte actuel, ne peuvent souffrir aucune rupture logistique», indique dans un communiqué la direction.

«Florange est un fournisseur critique pour d'autres acteurs industriels qui tournent aujourd'hui à flux tendu et qui ont des besoins impérieux d'acier», comme le secteur de l'automobile, ajoute-t-elle. Lors d'un comité social et économique (CSE) extraordinaire, préalable à la reprise des activités le 24 mars, quatre syndicats sur cinq avaient voté contre la levée du «droit d'alerte pour danger grave et imminent» déposé quelques jours plus tôt par la CGT. L'Inspection du travail a été saisie et doit remettre prochainement ses conclusions sur les conditions de travail actuelles des salariés.

«Une bonne chose, aussi bien pour le pays que pour les salariés»

La direction assure avoir mis en place «des mesures sanitaires drastiquement renforcées» avec un «protocole extrêmement rigoureux». Les salariés ont été sensibilisés aux gestes barrières et leurs responsables les leur rappellent régulièrement, ont témoigné quelques-uns d'entre eux. «Si on peut maintenir un peu d'activité avec des clients et ne pas se les faire piquer par les autres pays, avec des salariés volontaires et la sécurité mise en place, je pense que c'est une bonne chose», reconnaît Jean-Marc Vecrin, représentant national CFDT, syndicat majoritaire qui n'était pourtant pas favorable au redémarrage des lignes de production.

«C'est une bonne chose, aussi bien pour le pays que pour les salariés», soupire au changement de poste Fabien, 59 ans, employé au laminoir à froid. Laurent, 43 ans, qui travaille sur la ligne de galvanisation dédiée au secteur automobile, est en revanche «un peu mitigé» sur la reprise de l'activité: «Je comprends la nécessité de mon employeur (de poursuivre la fabrication d'acier). Je ne vais pas au travail la boule au ventre, mais j'ai de la méfiance, de l'inquiétude», explique-t-il. «On ne peut pas dire qu'on est volontaires, mais on n'a pas non plus un fusil dans le dos», ajoute-t-il.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • 57 le 04.04.2020 14:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est surtout que les chinois ont repris le travail et tout le monde a peur de perdre ses clients car l'acier chinois va s'exporter et sera à un bon prix. Les entreprises pensent plus à la perte de ses revenus car la perte de ses salariés si ils sont contaminés

  • patdevelours le 04.04.2020 12:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les syndicats français sont tjs les premiers à pleurer ! Et après ils pleureront parce que les entreprises ferment. Et les mêmes continua faire leurs courses pour leur famille dans les supermarchés

  • zan le 04.04.2020 10:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est vraie qu'il faut avoir du courrage et un moral d'acier (sens jeux de mots) pour sortir de nos habitations par les temps qui cour. Mais certainement, c'est aussi éprouvant de rester à la maison, surtout si on est en appartement. Restreints dans quelques mètres carrés, il faut être fait pour. Mais notre salut passe par ça et moi je vous salut tout le monde. Toute personne qui veut, ou qui est obligé d'aller au travail.

Les derniers commentaires

  • ahahah le 06.04.2020 16:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    le pouvoir des médias... et la betises des gens. exemple avec l'Italie qui compte 60 millions d'habitants pour un taux de mortalité annuel de 10%! faites le calcul... en gros tous les ans environ 500 à 600000 italiens meurent.. l'Italie est le deuxieme pays au monde avec le plus de personnes âgées, alors quand on parle de pandémie c'est fortement exagéré non!! une véritable pandémie se compterait avec des centaines de milliers de morts. un virus qui tombe à point nommé quand on est au bord d'une crise bien pire que celle de 2008??? prennez la peine de réfléchir un minimum et arrêtez avec votre confinement qui sert simplement à montrer que vous êtes soumis aux gens qui nous gouvernent. Attendez la fin de cette pseudo crise et la vous pourrez commencer à vous plaindre. moi ce n'ai pas le virus qui me faire peut mais l'après virus...

  • nico le 06.04.2020 07:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On ne peut pas demander à tt le monde de rester chez soit, et en même temps laisser des entreprises qui ne produisent rien de première nécessité redémarrer. les salariés doivent refuser en bloc..

  • anonyme le 05.04.2020 15:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    les manufacturiers aussi voyons indispensable juste pour leur pognon une vie humaine ne vaut pas grand-chose au vue des financiers c'est eux on le télétravail à la maison

  • ginoboni le 05.04.2020 13:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est qui les volontaires ? Ceux qui peuvent pas accéder aux congés familiaux ? Je serais curieux de savoir si toutes les demandes sont justifiées. Si ils étaient payer comme du chômage partiel ça serait déjà plus juste

  • patdevelours le 05.04.2020 10:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Non! La santé des ouvriers n est pas meilleure quand ils n ont rien a manger