En Moselle

23 octobre 2019 12:07; Act: 23.10.2019 14:44 Print

Des salariés bloquent la centrale électrique

SAINT-AVOLD - Des salariés de la centrale électrique de Saint-Avold, inquiets de la fermeture de son unité, bloquent le site depuis lundi.

storybild

Cette fermeture s'inscrit dans le cadre de l'arrêt programmé des centrales charbon voulu par le président Emmanuel Macron. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«Il y a 100% de grévistes et la centrale», qui emploie 140 personnes, «est complètement bloquée depuis lundi soir», a indiqué à l'AFP Bianca Sansinena, secrétaire générale CGT à la centrale thermique Emile-Huchet, rachetée en juillet par le groupe tchèque EPH à l'allemand Uniper. Le site est à l'arrêt et les approvisionnements sont également bloqués, a-t-elle ajouté. La direction du site n'était pas joignable dans l'immédiat.

Le mouvement, initié par l'intersyndicale CGT-FO-CGC-CFTC, s'inquiète des conséquences liées à la vente prévue à Total des deux tranches gaz et des effets que cette cession aura sur les emplois, directs et indirects, et sur l'avenir du site, expose Mme Sansinena. «On ne sait pas non plus si on va être vendus avec notre statut (actuel) "d'intérêt public" ou sans ce statut», explique-t-elle encore.

«Ils ne peuvent rien nous dire»

«Au jour d'aujourd'hui, on a aucune réponse, la direction nous dit qu'ils ne peuvent rien nous dire», affirme la syndicaliste, qui indique que les salariés s'inquiètent aussi de l'arrêt en 2022 de la tranche charbon, où travaillent selon elle une centaine de personnes.

Cette fermeture s'inscrit dans le cadre de l'arrêt programmé des centrales charbon voulu par le président Emmanuel Macron. Il en reste quatre en France: à Cordemais (Loire-Atlantique), au Havre, à Gardanne (Bouches-du-Rhône, également propriété d'EPH), et à Saint-Avold.

Des délégués du site mosellan ont été reçus, mardi et mercredi, au ministère de la Transition écologique, «afin de faire des propositions» et tenter de sortir du conflit, a expliqué Mme Sansinena.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Censuré 57 le 23.10.2019 16:38 Report dénoncer ce commentaire

    Par les temps qui courent, bosser dans une centrale à charbon n'est pas un "métier d'avenir" loin de là... C'est clair qu'elle fermera à plus ou moins brève échéance, ils devraient surtout faire en sorte tout en main pour réussir un changement d'orientation professionnelle lorsque cela arrivera...

Les derniers commentaires

  • Censuré 57 le 23.10.2019 16:38 Report dénoncer ce commentaire

    Par les temps qui courent, bosser dans une centrale à charbon n'est pas un "métier d'avenir" loin de là... C'est clair qu'elle fermera à plus ou moins brève échéance, ils devraient surtout faire en sorte tout en main pour réussir un changement d'orientation professionnelle lorsque cela arrivera...