En France

29 juillet 2020 12:50; Act: 29.07.2020 14:44 Print

Jacqueline Sauvage est décédée à l'âge de 72 ans

NANCY - Jacqueline Sauvage est morte le 23 juillet dernier à son domicile dans le Loiret à l'âge de 72 ans, selon les médias locaux.

storybild

Jacqueline Sauvage avait été condamnée à dix ans de prison pour le meurtre de son mari violent en 2012. (photo: AFP/Handout)

Sur ce sujet
Une faute?

Jacqueline Sauvage, 72 ans, devenue un symbole des violences conjugales après sa condamnation pour le meurtre de son époux violent, puis graciée, est décédée et ses obsèques ont eu lieu mardi, a-t-on appris mercredi auprès d'une de ses filles et d'une de ses avocates. Selon le quotidien La République du Centre, qui a révélé l'information, elle est décédée le 23 juillet à son domicile de La Selle-sur-le-Bied (Loiret), commune d'un millier d'habitants où s'est noué le drame conjugal.

Sylvie, l'une des filles de Jacqueline Sauvage, a confirmé par SMS à l'AFP son décès en précisant que «la cérémonie a eu lieu hier (NDLR: mardi)». «Je suis extrêmement triste, je suis très choquée», a confié à l'AFP l'une de ses avocates, Nathalie Tomasini, qui a eu confirmation du décès par la famille. «Jacqueline Sauvage, par son histoire, par son affaire, a participé à éveiller les consciences par rapport à l'existence de ces femmes qui se sont battues pendant des années dans le huis clos familial et dans l'omerta de la société», a-t-elle déclaré.

Quatre ans en prison

«C'est le parcours d'une femme qui a souffert le martyre dans le huis clos familial mais aussi après, compte tenu de l'incompréhension des magistrats», a-t-elle ajouté. En première instance comme en appel, Jacqueline Sauvage a été condamnée aux assises à 10 ans de réclusion pour avoir tué son mari de trois balles dans le dos.

Après quatre ans derrière les barreaux, alors âgée de 69 ans, elle est sortie de prison en décembre 2016 après la décision de François Hollande de lui accorder une grâce totale, après une vaste mobilisation en sa faveur. La décision de l'ancien président de la République avait soulevé de nombreuses critiques, notamment parmi les magistrats.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Grand est le 29.07.2020 12:59 Report dénoncer ce commentaire

    Pauvre femme, la vie n’a pas été tendre avec elle.

  • Dede le 29.07.2020 13:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Malheureusement elle n aura pas profité de sa liberté bien mérité après le calvaire qu elle a vécu dans sa vie d épouse. Qu elle repose en paix et condoléances à ses enfants dans la peine

  • Loana le 29.07.2020 13:43 Report dénoncer ce commentaire

    Sincères condoléances a sa famille. Elle qui a tant souffert durant sa vie ! Un symbole effectivement.

Les derniers commentaires

  • Justes des faits ;-P le 30.07.2020 14:21 Report dénoncer ce commentaire

    Des faits, pas des sentiments, juste des faits : 1/ Mme Sauvage était chef de l'entreprise familiale (gérante transport routier et vin), libre de ses mouvements, inscrite dans une association de chasseurs. 2/ Les rapports médicaux n'indiquent pas de violences. Elle en parle avec ses filles après 47 ans de mariage, une fois le père tué et le fils suicidé la veille. 3/ Elle tire 3 fois dans le dos du mari pas menaçant à ce moment là de son propre aveux. 4/ Un jury populaire la condamne 2 fois à 10 ans ne retenant pas la légitime défense. Chacun son avis, mais avec des faits, plus d'excuses.

  • gaby le 30.07.2020 13:58 Report dénoncer ce commentaire

    50 années de violence pour cette femme ,elle a flinguée son soit disant mari ,elle mérite la légion d'honneur.

  • Arlette le 30.07.2020 10:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    oui la vie a été tellement injuste tellement quel repose en paix????

  • Rose le 30.07.2020 10:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je suis triste pour cette dame. Elle a jamais connu le bonheur. Avoir été mal traiter, violenter, voilà qu’elle nous quitte. Elle méritait de vivre encore, pour savourer la paix et le bonheur. Reposez-vous en paix Madame Sauvage et toutes mes condoléances à ses enfants.

  • Ren le 30.07.2020 08:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sincères condoléances. Cela reste un bel exemple du manque de courage des magistrats. La justice préfère toujours une décision sans risque de faute professionnelle à une décision un peu risquée avec compassion. Le juge ne veut pas prendre ce risque pour ainsi protéger sa carrière.