En France

06 février 2020 17:39; Act: 06.02.2020 17:49 Print

Un ver invasif d'Argentine envahit les jardins

C'est un prédateur qui vit la nuit, se déplace très lentement, mais la prolifération de cette espèce est potentiellement dangereuse pour l’écosystème.

Sur ce sujet
Une faute?

C'est un prédateur qui vit la nuit, se déplace très lentement, mais prolifère à toute allure: une espèce de ver plat invasif, venue d'Argentine, est en train d'envahir les jardins de France et d'Europe, menaçant potentiellement la biodiversité, selon une étude parue jeudi.

L'espèce «Obama nungara» - qui signifie «plat comme une feuille» dans une langue amérindienne, sans aucun lien avec l'ex-président américain - est signalée sur les trois-quarts du territoire français. Elle se propage notamment via le commerce des plantes en pot, selon des données principalement fondées sur la science participative, et publiées dans la revue scientifique PeerJ.

5 à 10 cm

«C'est une jolie histoire qui a commencé en mars 2013: un amateur naturaliste observe dans son jardin de Cagnes-sur-Mer (Alpes-Maritimes) un ver bizarre, et envoie sa photo» sur les réseaux spécialisés, raconte à l'AFP Jean-Lou Justine, professeur au muséum d'Histoire naturelle à Paris, qui a dirigé l'étude. Intrigués, les scientifiques mettent en place un vaste réseau de sciences participatives, qui recueille en cinq ans plusieurs centaines de signalements, essentiellement en France mais aussi en Europe (Royaume-Uni, Espagne, Portugal, Belgique, Italie et Suisse).

Plusieurs espèces sont identifiées, mais «Obama nungara» semble dominer. Il s'agit de spécimens pour la plupart de couleur brun foncé, mesurant 5 à 10 cm. Grâce à des analyses moléculaires, les scientifiques parviennent à en trouver l'origine: l'Argentine, d'où l'espèce a débarqué via des plantes en pot. «Une fois qu'une espèce est dans un jardin, elle a beau se déplacer très lentement, elle peut envahir le jardin voisin en quelques mois», détaille le Pr Justine.

Phénomène classique

«C'est un phénomène classique pour les espèces invasives: sa présence est d'abord discrète et on ne s'en aperçoit que quand elle a envahi toute une partie du territoire», analyse le chercheur du Muséum. Il y aurait «des milliards d'individus», répertoriés dans plus de 70 départements de France métropolitaine. «L'une des surprises a été de ne pas le trouver en altitude, probablement parce que les nuits y sont trop froides», ajoute le scientifique.

Que lui reproche-t-on? D'être un prédateur mangeant les animaux du sol (vers de terre et escargots), et d'être une espèce «non-autochtone qui n'a pas sa place dans l'écosystème des sols». L'étude ne donne néanmoins pas de chiffres sur l'importance de la prédation, et donc sur l'impact écologique exact, concède le chercheur.

«Invasif n'est pas synonyme de nocif: ça veut dire que la prolifération devient très visible, et que c'est potentiellement dangereux pour l’écosystème. Si c'est un animal prédateur, il va forcément diminuer la population des animaux qu'il mange», développe le chercheur. Comment s'en débarrasser? «On ne sait pas. On peut les écraser ou les brûler, mais il en restera autant après».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Phi le 07.02.2020 07:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Envoyez les au GDL Notre Ministre de l’environnement des Verts va faire la même chose avec eux comme avec les Mufflons, nos Chasseurs vont les éliminés par balles .

  • Ecolo le 06.02.2020 18:07 Report dénoncer ce commentaire

    Encore une fois, Merci à la France de nous prévenir. Ce vers serait présent en France et en Belgique et pas chez nous? Il serait temps d'arrêter de détruire les vers de terres et tous les animaux minuscules et microcosmique qui vivent dans la terre, avec les tracteurs et les moto bineuses. Car notre vie, toute l'humanité dépend de ses organismes qui rendent un sol vivant, capable de faire pousser les plantes que nous mangeons. Le plus inquiétant est que l'on connaît mieux le sol de la lune que celui que nous avons sous nos pieds.

  • Phi le 07.02.2020 09:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Après des années avec les ecolos dans le Gouvernement on a détruit plus dans la nature que toutes les autres en 2000 années, et ca Continue avec la Coupé des Albers atravers le pays et avec le Beton.merci Gambia

Les derniers commentaires

  • Milou le 07.02.2020 09:43 Report dénoncer ce commentaire

    Question simplette : comment ce ver d'Argentine est-il arrivé jusqu'à nous ?

    • Vindulux le 07.02.2020 11:22 Report dénoncer ce commentaire

      Il y a plusieurs vers , certains sont arrivés des pays d'Amérique du sud , d'autres d'Asie (Inde), dans la terre des pots de fleurs et des plantes vendu par les jardineries. Dans certaines zone il a reduit de 25% la population des verres de terre . Ce qui une catastrophe écologique car le verre de terre est l'animal le plus important pour la fertilité des sols. Bien plus important que l'abeille .

  • Phi le 07.02.2020 09:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Après des années avec les ecolos dans le Gouvernement on a détruit plus dans la nature que toutes les autres en 2000 années, et ca Continue avec la Coupé des Albers atravers le pays et avec le Beton.merci Gambia

    • Luxo le 07.02.2020 11:34 Report dénoncer ce commentaire

      Les centaines d'arbres que l'on coupe au GDL ne sont rien comparé aux dégâts écologique provoqué par la finance sur toute la planète et bientot les planètes. C'est en combattant le monde de la finance que l' on sauvera la biodiversité pour tout le Monde. Et c'est en réduisant la place financière que l'on réduira le bétonnage du pays

  • Wiltz le 07.02.2020 07:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    « on peut les écraser ou les brûler ». Franchement lire ça ça m’énerve.

    • Vindulux le 07.02.2020 11:07 Report dénoncer ce commentaire

      Non il faut les brûler , car en les écrasant on ne tue pas les œufs. Ce ver qui ressemble à un sangsue n'a pas de prédateurs , même les poules ne les mangent pas. Et si vous les toucher avec vos doigts il faut vous laver les mains car leurs mucus est toxique.

  • Phi le 07.02.2020 07:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Envoyez les au GDL Notre Ministre de l’environnement des Verts va faire la même chose avec eux comme avec les Mufflons, nos Chasseurs vont les éliminés par balles .

  • far le 07.02.2020 06:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Au merde un allien