Est de la France

07 janvier 2020 10:40; Act: 07.01.2020 11:33 Print

Des sextoys d'Alexia Daval ont disparu

Plusieurs objets pouvant avoir un lien avec le mobile du meurtre de la jeune femme ont été volés lors d'un cambriolage en mars 2019.

storybild

Jugé ces prochains mois pour le meurtre de sa femme, Jonathann D. risque une peine de prison à perpétuité. (photo: AFP/Sebastien Bozon)

Sur ce sujet
Une faute?

Un nouveau chapitre troublant vient s'ajouter à l'enquête sur la mort d'Alexia Daval, tuée en octobre 2017 par son mari dans l'est de la France. Selon le Journal du Dimanche, la maison où le couple vivait à Gray a été cambriolée au début de l'année dernière, et les objets subtilisés ont de quoi surprendre.

Le 5 mars 2019, les gendarmes ont reçu l'ordre de fouiller le domicile d'Alexia et Jonathann Daval, mis sous scellé après le drame. Ce faisant, ils ont ouvert le tiroir de la table de chevet de la victime et ont découvert «un dé représentant les positions du ­Kama­sutra, posé à côté d'anneaux vibrants», rapporte l'hebdomadaire. Interrogé à ce sujet, Jonathann Daval a affirmé que la panoplie de sextoys de sa femme n'était pas complète. Selon lui, il manquait en effet «une rose» et «des boules de geisha argentées».

Elle s'enfermait dans la chambre

Parmi les objets volés, figurent également l'alliance d'Alexia, un album de mariage et un caméscope contenant des vidéos du couple. Les articles de valeur, tels qu'une télévision, des grands crus ou plusieurs bijoux de luxe, n'ont pas été volés. Ce qui fait dire aux enquêteurs que ce cambriolage pourrait avoir un lien avec le mobile du meurtre: les voleurs cherchaient-ils à préserver la réputation d'Alexia?

Jonathann Daval avait expliqué avoir tué son épouse lors d'une dispute, provoquée par le fait que la jeune femme voulait avoir un rapport sexuel avec son mari, ce qu'il ne voulait pas. Le meurtrier présumé avait confié qu'il souffrait de troubles érectiles et qu'il esquivait les rapports avec sa femme, malgré le fait que le couple essayait d'avoir un enfant. Selon Jonathann Daval, Alexia s'enfermait dans la chambre avec ses jouets sexuels. «Elle me disait: «Je te remplace par mes ­sextoys». C'était de plus en plus dur pour moi», avait raconté le suspect.

L'enquête n'a pas encore permis d'identifier les auteurs de ce vol, précise Le Point. Le procès de Jonathann Daval doit se tenir dans les mois à venir. Le trentenaire, qui a avoué avoir frappé et étranglé sa femme avant de tenter de brûler son cadavre, encourt la prison à perpétuité.

(L'essentiel/joc)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • sam1952 le 07.01.2020 11:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Faut il publier sa vie intime ?

  • Clement le 08.01.2020 01:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    preuve que la violence peut être aussi psychologique , ce que les femmes exercent énormément sur les hommes , ils ne leur reste que la violence physique pour répondre qui elle seulement est puni par la loi....

  • Léopold le 07.01.2020 13:48 Report dénoncer ce commentaire

    Donc, c'était un couple tout à fait "normal" ! :-)))

Les derniers commentaires

  • dolce le 08.01.2020 12:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Clement une gifle de mots n' a jamais tuer quelqu'un à ce que je sache

  • Linda' Brava" I le 08.01.2020 06:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pauvre fille, même ses choses personnels il faut la publier... Et celui là, c'est n'importe quoi qui raconte pour salir la réputation de la défunte

  • bonsens le 08.01.2020 03:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    En tout cas il y avait des signaux alarmants pendant des années et personne n’a rien fait apparemment

  • Clement le 08.01.2020 01:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    preuve que la violence peut être aussi psychologique , ce que les femmes exercent énormément sur les hommes , ils ne leur reste que la violence physique pour répondre qui elle seulement est puni par la loi....

  • MAXLUX le 07.01.2020 18:52 Report dénoncer ce commentaire

    Attendez la fin de l’enquête avant de tout donner dans le détail, surtout si l'enquête démontre que ça n'a rien à voir avec le drame.

    • TontonBeber le 07.01.2020 23:05 Report dénoncer ce commentaire

      Comment voulez-vous qu'il soit possible que cela n'ait rien à voir. Mais ce ne devrait pas être publié à cause du secret de l'instruction.