Incidents en Moselle

06 juin 2020 19:32; Act: 06.06.2020 21:30 Print

La manifestation dégénère à Metz, le procureur blessé

METZ - Des incidents ont éclaté ce samedi à la fin de la manifestation contre les violences policières à Metz, le procureur étant légèrement blessé au visage.

storybild

La manifestation a rassemblé près d'un millier de personnes à Metz. (photo: Twitter)

Sur ce sujet
Une faute?

Des incidents ont éclaté samedi à la fin de la manifestation contre les violences policières à Metz, au cours desquels le procureur et quatre policiers ont été légèrement blessés, a-t-on appris de sources concordantes. «En secouant la grande porte du palais de justice, des manifestants ont réussi à forcer la petite porte pour les piétons», a expliqué le procureur de la République de Metz, Christian Mercuri.

«Je suis venu voir les dégâts et j'ai reçu un caillou sur le nez», a précisé le magistrat, depuis l'hôpital où il allait être pris en charge, précisant que les manifestants étaient rapidement ressortis du palais de justice. Selon la préfecture de la Moselle, quatre membres des forces de l'ordre ont également été légèrement blessés au cours de cette manifestation et des impacts ont été relevés sur les vitres du palais de justice. Treize personnes ont été interpellées.

Des rassemblements malgré les interdictions préfectorales

Quelque 800 manifestants, d'après le décompte de la préfecture, s'étaient élancés en début d'après-midi pour cette mobilisation contre les violences policières qui s'est d'abord déroulée dans le calme.

Malgré des interdictions préfectorales, des manifestations ont eu lieu à Paris et dans plusieurs villes de France vendredi et samedi pour dénoncer les violences policières en France et rendre hommage à George Floyd, Afro-américain mort le 25 mai aux mains de la police aux États-Unis.

Mardi soir, un premier rassemblement contre les violences policières avait réuni à Paris plus de 20 000 personnes à l'appel de la famille d'Adama Traoré, jeune homme mort en 2016 après son interpellation dans le Val-d'Oise.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • grillon le 06.06.2020 19:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    il y a parfois une violence policière et il y a encore beaucoup plus une violence contre les policiers. il n'y a plus de respect en France

  • réactions le 06.06.2020 20:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La violence policière, c'est mal. La violence envers les agents de l'État, aussi. Et si tout le monde se calmait et se comportait avec respect les uns envers les autres?

  • Grand Maître le 06.06.2020 20:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est juste pour faire de la casse !!

Les derniers commentaires

  • vrai travailleur le 08.06.2020 19:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On comprend mieux avec cet exemple que les violences policières sont des conséquences des ultra violents et pas la cause ... soutien total à nos polices et à nos gouvernants pour le maintien de l ordre.

  • pauvrefrance le 08.06.2020 14:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça c’est sûre et il ne faut pas se demander pourquoi les gens ne sortent plus à Metz!! On est en train de faire mourir nos centres villes car peur de se prendre un coup de couteau ou autre!!! Et c’est pareil dans d’autres villes de France malheureusement!! Il faut se réveiller on va droit dans le mur.

  • giova le 08.06.2020 13:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et pendant ce temps on nous demande de les gestes barrières, on empêche les restaurateurs d’ouvrir, et ces mêmes manifestants sont ceux qui ne veulent pas reprendre le travail de peur d’avoir le covid !! Et nous qui allons travailler pour payer ces gens à rester à la maison ! Mais quand ce monde va exploser une bonne fois pour toute pour rebattre les cartes définitivement !!

  • complètement à côté de la plaque le 08.06.2020 12:38 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a encore quel qu'un qui se rappelle le comportement des gilets jaunes et de la casse complètement dérisoire? mais par après pleurnicher que la police était trop brutale avec ces êtres non humains.

  • Quellesociété le 08.06.2020 11:07 Report dénoncer ce commentaire

    Dénoncer les violences policières, c'est impératif. Mais le raquette dans les cités, les jeunes qui veulent réussir malmenés, les pompiers et policiers caillassés, des femmes qui doivent baisser les yeux, les jeunes filles aux vêtements imposés, tout cela du fait de jeunes crétins à cagoule qui font leur loi. Qui a le courage de les dénoncer?

    • @quellesociété le 08.06.2020 13:58 Report dénoncer ce commentaire

      C'est gentil votre commentaire mais un peu court dans la réflexion. Vous parlez des cités, ils ne s'y sont pas mis tout seuls dans ces cités. Ça arrange bien des gens de parler de la "violence dans les cités". Si vous aussi vous étiez parqués dans des tours, sans accès rapide à la culture, sans perspective d'avenir pour vous et vos enfants et vous sentant rejetés/isolés/cachés là où les "gens bien" ne peuvent pas vous voir peut être seriez vous un peu révolté également. Aussi on dit racket, la raquette c'est pour jouer au tennis par exemple

    • TINABEILLE le 08.06.2020 18:08 Report dénoncer ce commentaire

      Bien vu - Avant de critiquer les gens des banlieux , il s'agit de se poser la question de leur mal être, même si celui-ci ne leur donne pas le droit à des gestes reprochables. Certes, il y a des bons, des moins bons et des mauvais citoyens comme il en va des policiers. Nous avons besoin de notre police et ne demandons qu'à la respecter, mais on sait qu'il y a des dérives partout et que pour certains le port de l'uniforme fait croire à toute impunité. Pour la crédibilité de notre Police, on ne doit pas laisser passer des actes à porté descriminatoire ou autre.