En Moselle

04 juin 2019 11:02; Act: 04.06.2019 14:52 Print

Le chef de la police de Woippy mis en examen

WOIPPY - Après cinq ans d'enquête, le chef de la police municipale de Woippy est mis en examen pour harcèlement moral. Les policiers ont dénoncé son comportement «tyrannique».

Sur ce sujet
Une faute?

Un climat «dégradant», «infantilisant», «tyrannique»... Les accusations contre le chef de la police de Woippy (Moselle), dans la banlieue de Metz, se sont multipliées et Samuel Dechoux a été mis en examen pour harcèlement moral, rapporte Le Républicain Lorrain.

L'enquête a commencé en février 2014. Le chef de la police accuse alors un de ses subalternes d'avoir sorti son arme et de l'avoir visé avec, avant d'être plaqué au sol et désarmé. Il porte plainte. Or, les images de vidéosurveillance montrent que l'agent a sorti son arme après le départ du chef et n'a donc pas pu menacer le plaignant.

Innocenté, le policier accusé contre-attaque et porte plainte pour dénonciation calomnieuse, violences volontaires et harcèlement. C'est alors que les langues des policiers de Woippy se délient. Entendus par le juge d'instruction, ils évoquent le climat délétère et la tyrannie du chef de la police. Le plaignant, qui avait été suspendu après les fausses accusations, vit «une descente aux enfers», racontent ses collègues, selon le journal régional. L'avocat du chef de la police, Me Xavier Iochum, affirme de son côté qu'il s'agit d'accusations «sans fondement», un seul agent ayant porté plainte.

(L'essentiel)