France/Grand Est

13 janvier 2020 16:08; Act: 13.01.2020 16:38 Print

Le clip d'un rappeur ciblé par la justice

STRASBOURG - Une enquête a été ouverte à la suite de la diffusion d'un clip du rappeur 911 montrant des voitures en flammes dans la capitale alsacienne.

Sur ce sujet
Une faute?

Une enquête, confiée à la sûreté départementale du Bas-Rhin, «est en cours pour savoir dans quelles conditions ce clip a été réalisé», a indiqué une source policière, confirmant une information des Dernières Nouvelles d'Alsace. Dans ce clip intitulé «Fuck le 17» et qui totalise plus de 22 000 vues sur YouTube, le rappeur 911 scande entre autres «remplis le bidon d'essence, t'inquiète ce soir on fait l'affaire», «fais-le, y a personne qui nous dérange» et «retire ta caisse parce que ce soir on crame j'sais pas laquelle», sur fond d'images de voitures en feu, de jets de pétards et d'un homme tirant des coups de feu en l'air.

«On va s'intéresser à toute la communication qui tourne autour de ce clip», a précisé cette source policière, évoquant les «challenges inter-cités» pour la nuit de la Saint-Sylvestre. Sur YouTube, la vidéo, publiée le 8 janvier, est accompagnée de la question: «Quel quartier français était le plus chaud cette année?». «L'infraction retenue à ce stade est provocation non suivie d'effet au crime ou délit par parole, écrit, image ou moyen de communication au public par voie électronique», des faits passibles de cinq ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende, a précisé le parquet de Strasbourg.

La candidate RN à la mairie demande l'interdiction du clip

La capitale alsacienne a connu un Nouvel An particulièrement mouvementé cette année, avec des voitures incendiées (environ 220 selon le maire Roland Ries) dans de nombreux quartiers et une quarantaine d'interpellations. Les forces de l'ordre et les pompiers ont été à plusieurs reprises pris directement pour cibles.

Selon la Direction départementale de la Sécurité publique (DDSP), la ville est confrontée à une recrudescence des violences urbaines depuis Halloween. Roland Ries (ex-PS) a souhaité des mesures judiciaires dissuasives et rapides. Samedi, la candidate RN à la mairie de Strasbourg a pour sa part demandé l'interdiction de ce clip. «Il n'est plus admissible d'accepter les clips de rap en ode à la violence antipoliciers, antipompiers et glorifiant les émeutes urbaines», s'indigne Hombeline du Parc, dans un communiqué.

(L'essentiel/afp)