Tout près du Luxembourg

05 juin 2020 13:23; Act: 05.06.2020 16:20 Print

Pas de déchets nucléaires enfouis avant 2070?

ARLON/LUXEMBOURG - Jour J-7 avant la fin de l'enquête sur les déchets nuclaires belges qui pourraient êtres stockés non loin du Grand-Duché.

storybild

Le Luxembourg va-t-il voir des déchets nucléaires belges être stockés à proximité de ses frontières?

Sur ce sujet
Une faute?

Dans une semaine, exactement le vendredi 12 juin, l'enquête relative au futur des déchets nucléaires en Belgique sera clôturée sur le site Internet de l'ONDRAF, l'Organisme national des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies. Si vous habitez en Grande Région et que vous êtes sensibles à la cause, c'est donc le moment ou jamais de vous mobiliser en participant à cette enquête.

Le 22 mai, souvenez-vous, on apprenait que 7 000 Luxembourgeois s'étaient déjà manifestés sur la question après la sortie de Carole Dieschbourg, ministre de l’Environnement au Grand-Duché, qui avait suscité de très nombreux remous de part et d'autres de la frontière belgo-luxembourgeoise, au début du déconfinement.

Des déchets stockés en surface du côté de Lagland?

Ce vendredi 5 juin, la presse régionale de la province belge de Luxembourg, où pourraient être enterrés des déchets nucléaires, ajoute également sa pierre à l'édifice en donnant la parole à deux acteurs que tout oppose, ou presque. La Meuse, tout d'abord, permet à Bouli Lanners, figure du cinéma belge, de donner son avis sur la question. «Comment peut-on s'engager à polluer le sol pendant des milliers d'années?», se demande-t-il. «Un jour, plus personne n'aura de souvenir que ces déchets nucléaires ont été enterrés dans cette région verte». Renvoyant par la même occasion, le public, à se forger sa propre opinion après avoir visionné «Un héritage empoisonné», film d'Isabelle Masson-Loodts diffusé sur Facebook, ce jeudi 4 juin.

Un héritage empoisonné: première sur Facebook

Un héritage empoisonné: première diffusion sur Facebook, 4/6/2020 à 19h

Le pitch: «Alors qu'un siècle a suffi pour faire oublier le danger, pourtant encore réel, des rebuts de 14-18, comment croire que notre mémoire permettra de maintenir la vigilance des générations futures autour des déchets nucléaires qui resteront dangereux pour plusieurs millénaires?».

Après la diffusion de ce documentaire, retrouvez la réalisatrice Isabelle Masson-Loodts pour un échange en live, dès 20h, en suivant le lien qui sera posté sous le film.

Pourquoi cette soirée événementielle sur le sujet des déchets nucléaires?

Depuis le 15 avril, le débat monte en Belgique, et en Wallonie en particulier, sur la question de la gestion des déchets nucléaires. L'ONDRAF a lancé une enquête publique en pleine crise sanitaire. L'omniprésence médiatique du coronavirus n'a dans un premier temps pas permis à ces questions d'être médiatisées comme elles l'auraient dû/pu. Mais un rebondissement a eu lieu il y a 2 semaines lorsque Caroline Dieschbourg, ministre de l’Environnement, du Climat et du Développement durable au Grand-Duché du Luxembourg a dénoncé la mascarade de cette enquête. La ministre grand-ducale pointait d'une part le fait qu'il était inadmissible que cette enquête publique ait lieu en pleine période de confinement, et d'autre part, le fait que le dossier qui accompagne son questionnaire en ligne mentionne l'éventualité de plusieurs zones d'enfouissement dans le sud de la Belgique, dont certaines aux portes du Luxembourg, avec de potentiels effets sur l'environnement (par exemple sur les nappes phréatiques alimentant le Luxembourg). Cela a permis que les citoyens du Sud de la Belgique se sentent concernés. Les maires/bourgmestres de plusieurs communes ont réagi. La question trouve enfin plus de place auprès de l'opinion publique. Comme le rappelle Greenpeace Belgium, il est important que les citoyens fassent entendre leur voix en répondant à l'enquête publique pour marquer leur désaccord: https://www.greenpeace.org/…/que-faire-de-nos-dechets-nuc…/…

L'échange live qui aura lieu ce 4/6 sur cette page après la diffusion du film "Un héritage empoisonné" sera l'occasion de mieux vous informer sur les raisons de dire non à tout projet d'enfouissement des déchets radioactifs, en Wallonie, en Belgique, en France, ou ailleurs dans le monde.

Postez vos questions et réactions, et invitez vos contacts: cette soirée est l'occasion de sensibiliser ceux qui continuent à ne pas avoir d'avis, ou se rangent derrière la sempiternelle idée qu'»il faut bien les mettre quelque part».

Publiée par Un héritage empoisonné le film sur Jeudi 4 juin 2020

Et dans l'autre camp, en quelque sorte, L'Avenir Luxembourg permet à Jean-Luc Frérotte, géologue originaire de Virton, de s'exprimer sur cette thématique très sensible. «Parmi les 21 pays de l'Union européenne et de l'OCDE, équipés de centrales nucléaires, seuls la Belgique, l'Italie et le Mexique sont en retard par rapport à la politique à adopter sur les déchets nucléaires», rappelle-t-il, avant de souligner «qu'aucun déchet ne serait enfoui sur le site choisi avant... 2070». Il estime également que la Gaume ne pourrait accueillir de déchets enfouis, «car son sous-sol ne le permet pas», sans exclure la possibilité d'un stockage sécurisé en surface, du côté de l'actuel camp militaire de Lagland, non loin d'Arlon.

(fl/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • gustav le 05.06.2020 14:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    le super cadeau pour nos petits-enfants

  • volta le 05.06.2020 20:52 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut laisser de la place pour mettre les déchets des batteries des voitures électriques de turmes

  • lolo le 06.06.2020 13:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Nous devons tous nous soulever contre ce projet qui détruira notre belle région et lèguera un héritage empoisonné à nos enfants. Allons en justice si cela est nécessaire !

Les derniers commentaires

  • Alain Bécile le 06.06.2020 17:12 Report dénoncer ce commentaire

    IL FAUT plus de mille ans avant que les déchets nucléaires meurent brûlez les Terre,est pollué a cause de toutes nos bêtises nucléaires voulu par le gouvernement Français,ont peut se passer du nucléaire:,Aux Luxemboureois ne payés plus a la France,l'avenir,c'est le "convecteur temporel" monsieur les députés ministres et présidents et maires a vous de jouer!!!!!

  • Frappant le 06.06.2020 16:10 Report dénoncer ce commentaire

    Les "bonnes idées" de ce géologue Frérotte sont tout simplement illogiques, pour ne pas dire c y n i q u e s ! S'il est possible selon cette personne d'enterrer les déchets radioactifs dans des cuves en surface, pourquoi alors les trimballer à travers toute la Belgique jusqu'au camp Lagland ? Il suffit de les stocker sur place sur le terrain de la centrale qui les a produits. C'est simple et évident comme nez au milieu de la figure de Mr Frérotte ! Deuxième chose : il faut oser de dire à la population concernée que l'enofuissement éventuel ne commencera pas avant l'année 2070 ... Pinokio ... !

  • lolo le 06.06.2020 13:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Nous devons tous nous soulever contre ce projet qui détruira notre belle région et lèguera un héritage empoisonné à nos enfants. Allons en justice si cela est nécessaire !

  • ecologiste le 06.06.2020 12:05 Report dénoncer ce commentaire

    et oui continuer a vendre des voiture Electrique ,pour faire encore travaille le nucléaire des central ,la vrais pollution

  • alain bécle le 06.06.2020 11:45 Report dénoncer ce commentaire

    Bruler les dans des cavernes,ou des grottes éloigné du soleil….MERCI

    • Alain bécile le 06.06.2020 17:05 Report dénoncer ce commentaire

      C'est pas ce qu'ils font déjà c'était une bonne idée que j'ai eu mais au finale….lol