Au Royaume-Uni

17 janvier 2020 12:57; Act: 17.01.2020 13:51 Print

Bataille judiciaire car la voisine nourrissait le chat

Face aux absences prolongées de son chat, sa propriétaire a mené son enquête... qui l'a conduite à engager une procédure judiciaire lui coûtant plus de 23 000 euros.

Sur ce sujet
Une faute?

Face aux absences prolongées de son chat, une psychothérapeute britannique a mené son enquête... qui l'a conduite à engager une procédure judiciaire entraînant des dizaines de milliers d'euros de coûts pour interdire à sa voisine de nourrir l'infidèle félin.

De retour de chacune de ses escapades, Ozzy, un Maine Coon gris et blanc du quartier résidentiel de Brackenbury Village, à Londres, revenait le ventre plein et le pelage soyeux, selon le récit de plusieurs journaux britanniques. Pour lever le mystère, sa propriétaire, dont la famille était fort chagrinée par ces absences, avait équipé le félin d'un collier GPS, en novembre 2015.

Chez la voisine

Le bornage trahit la vie secrète d'Ozzy: il passe son temps quelques portes plus loin, chez une voisine, paysagiste renommée. À huit reprises, la psychothérapeute et son mari retrouvent Ozzy avec un collier muni d'un médaillon avec les mots «ma maison» et... le numéro de téléphone de la voisine. La paysagiste, prise d'affection pour le chat qui trouvait chez elle le gîte et le couvert, s'est défendue en affirmant qu'elle ne faisait rien de mal et que l'animal était un être doué de sensibilité.

«Il est aimé et choyé, et il est très attaché à son territoire, et à moi», avance la paysagiste, dans une lettre à la propriétaire de son petit protégé. Ce à quoi la psychothérapeute a rétorqué: «Ce n'est pas votre chat et nous ne vous le donnons pas». Les propriétaires ont pris un avocat pour chercher à interdire à leur voisine de nourrir le chat, lançant une bataille judiciaire coûtant aux deux parties au total plus de 20 000 livres (23 500 euros). Après plusieurs année, elles ont fini avant Noël par trouver un accord légalement contraignant, selon lequel la paysagiste accepte de limiter ses interactions avec le chat.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Thérapie féline le 17.01.2020 13:20 Report dénoncer ce commentaire

    "Ce n'est pas votre chat..." La preuve que la propriétaire (tout aussi psychothérapeute pour humains soit-elle!) n'y connaît absolument rien à la psychologie des chats! Dans leurs têtes, nous humains, ne faisons partie de leur décor que parce qu'ils le veulent bien et nous considèrent comment leurs appartenant, et non dans l'autre sens! De plus, les chats, au contraire des chiens, ne sont pas soumis, ils se considèrent comme étant au sommet de la hiérarchie et vous êtes un de leur sujet. Ils font ce qu'ils veulent au moment où ils veulent et décident eux-mêmes où ils se sentent le mieux!

  • Maman chat le 17.01.2020 13:26 Report dénoncer ce commentaire

    C'est quand même fou le comportement de la voisine. Ne nourrissez pas un chat de votre quartier sauf si vous savez vraiment que c'est un chat abandonnée. La il s'agit quand même d'un chat de race alors la paysagiste aurait du le savoir. Mais même après que les propriétaires soient venue la voir elle a continué et a osé se comporter comme si c'était le sien, elle a pas honte ?

  • Sandra le 17.01.2020 14:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un chat choisit bien souvent sa maison, n’en déplaise qu’elle prenne un chien.

Les derniers commentaires

  • Tiddles le 17.01.2020 23:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si j'étais un chat, je les emmènerais tous les deux au tribunal et j'obtiendrais une injonction légale pour les forcer à me nourrir.

  • chris le 17.01.2020 20:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    oui c est vrai, mais pourquoi la propriétaire n a pas fait en sorte de garder son chat.... imaginez si tous les propriétaires laissaient leurs chiens en liberté ???? c est pareil !!!

    • Fiona le 18.01.2020 13:27 Report dénoncer ce commentaire

      Oui mais on n'attache pas un chat comme un chien !!! Le tempérament du chat c'est son indépendance, son besoin de liberté, on ne peut l'empêcher d'aller où il veut ...

  • Nico57 le 17.01.2020 19:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Faux toute animale peux s’éduquer il faut juste se donner la peine d’essayer et ne pas avoir votre raisonnement le chat et roi après vous vous étonnez que les chats sont mal aimer partout vu l’éducation des maîtres !

  • Le Belge, une fois le 17.01.2020 16:55 Report dénoncer ce commentaire

    Un beau gros minet

  • Le Raleur le 17.01.2020 16:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    En plus de ne rien connaître à la psychologie des chats, elle ne semble pas non plus avoir beaucoup de psychologie ni de sympathie pour les humains. Un comble pour une psychothérapeute.