Matériaux durables

17 septembre 2019 11:30; Act: 17.09.2019 11:55 Print

La mode a utilisé les orties du prince Charles

Le duo de stylistes Vin + Omi a réalisé des créations en collaboration avec le prince Charles, en utilisant des plantes de sa résidence de campagne.

storybild

Les stylistes Vin + Omi utilisent les orties trouvées sur un terrain du prince Charles. (photo: AFP/Niklas Halle'n)

Sur ce sujet
Une faute?

Des mannequins portant des robes produites avec des orties récoltées dans le parc du prince Charles, défilent mardi à Londres, lors de la Fashion Week, fruit d'une collaboration inattendue entre l'héritier du trône et le duo Vin + Omi. Les deux stylistes, pionniers de la mode durable, ont rencontré l'an dernier le prince de Galles, féru d'écologie. «Nous discutions des différentes plantes sur lesquelles nous faisions des recherches, comme les orties, le raifort ou le cerfeuil sauvage et il nous a dit: "J'ai plein d'orties à Highgrove House (NDLR: la résidence de campagne du prince Charles), pourquoi ne pas venir les prendre?"», a raconté Vin, la moitié britannique du duo.

C'est ainsi qu'a débuté une collaboration improbable entre un membre de la famille royale et des stylistes. Le prince Charles est «époustouflant, assure Omi, originaire de Singapour. On ne penserait pas qu'un futur roi d'Angleterre s'intéresserait à ces questions». Le résultat de ce partenariat insolite sera présenté mardi soir. Parmi les pièces, un élégant manteau beige ressemblant à de la laine mais créé avec plusieurs milliers de plants d'orties. Les plants ont été collectés par une équipe d'étudiants de l'université Oxford Brookes, puis débarrassés de leurs feuilles.

Les deux stylistes ont développé une technique pour récupérer les fibres de chaque tige d'ortie puis les transformer en fibre duveteuse, blanchie avec des produits naturels. Travailler ces plantes est «laborieux mais faisable», selon Vin. Avec le jardinier en chef de Highgrove House, située dans le Gloucestershire, le duo s'intéresse aussi à la façon dont d'autres éléments du parc voués à être jetés (comme des sacs à végétaux ou des pots de fleurs) pourraient être utilisés de manière créative.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.