Aux États-Unis

22 décembre 2019 15:35; Act: 23.12.2019 12:01 Print

Les faits divers de l'année les plus fous en Floride

Des seringues dans les fesses, un voisin castré, un alligator ivre ou encore un égorgement «sympa»... petit florilège des faits divers 2019 dont la Floride a le secret.

storybild

L'été dernier à Miami, un homme en a castré un autre... avec son accord! (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Connue pour ses plages, ses oranges et son climat privilégié, la Floride est aussi le théâtre régulier de faits divers improbables partagés sur les réseaux sociaux sous le hashtag «Florida Man», équivalent américain du «Ivre virgule» français, les alligators en plus. Voici un petit florilège des meilleures histoires de 2019. L'année avait commencé fort avec l'arrestation, début janvier, d'un homme suspecté de détenir des stupéfiants. Les policiers ont découvert lors de sa fouille trois seringues dans son rectum. L'intéressé leur a assuré qu'elles n'étaient pas à lui et qu'il n'avait absolument aucune idée de la façon dont elles avaient bien pu finir là.

Un autre «Florida Man» a, pour sa part, tenté de tuer son voisin avec «gentillesse». Cet homme au grand cœur avait pris soin avant de venir l'égorger (le voisin s'en est finalement sorti avec une légère coupure) d'écrire sur sa machette le mot... «gentillesse».

Ils copulent dans la voiture de police!

Dans la moiteur de l'été à Miami, un homme en a castré un autre... avec son accord (si, si), après l'avoir rencontré sur un site fétichiste d'eunuques (si, si). L'apprenti chirurgien a déclaré aux policiers qu'il avait appris le «métier» en grandissant à la ferme et que ce n'était pas la première fois qu'il s'adonnait à une telle opération. Celle-ci a plutôt mal tourné: lorsque les secours sont arrivés dans son «bloc opératoire» improvisé, le castré consentant était en train de saigner abondamment, une serviette sur son bas-ventre. Un récipient rose contenait à proximité «deux parties du corps qui avaient été récemment beaucoup plus proches de la victime», avait décrit sur Facebook, le bureau du shérif local.

Autre arrestation, le mois suivant, d'un couple de trentenaires un peu trop éméchés pour prendre le guidon de leur vélo. Une fois embarqués à l'arrière de la voiture de police, les deux cyclistes, pris d'une envie pressante, se sont déshabillés et ont commencé à copuler. L'histoire ne dit pas sur quel type de site ces deux-là s'étaient rencontrés.

Un homme de 75 ans s'est battu en juillet avec un alligator de près de trois mètres de long pour arracher de ses crocs acérés le golden retriever de sa fille. Un autre courageux en a fait de même le mois d'après pour sauver son labrador d'une fin atroce. Moralité: les alligators aiment les chiens guides. Aiment-ils aussi l'alcool? Deux jeunes ont tenté l'expérience en août. Leur soirée était déjà bien avancée lorsque l'un d'eux s'est saisi d'un alligator à mains nues. Son ami a ensuite poussé la bête à lui mordre le bras, avant de lui verser de la bière dans la gueule. «Florida Man», «Ivre virgule», même combat.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.