États-Unis

16 décembre 2019 21:10; Act: 17.12.2019 11:27 Print

Sur un cruel malentendu, son chien est euthanasié

Une clinique vétérinaire s'est emmêlé les pinceaux entre deux chiens nommés Ziggy, la semaine dernière, dans l'Utah.

storybild

Andrea aurait voulu avoir son mot à dire concernant l'avenir de son teckel, gravement malade.

Sur ce sujet
Une faute?

Quand Ziggy a commencé à présenter des problèmes respiratoires et des difficultés à digérer, Andrea Martinez a décidé de réagir rapidement. Le soir même, l'Américaine domiciliée à Sunset (Utah) amenait son chien chez la vétérinaire. Une fois arrivée à l'hôpital pour animaux du comté de Davis, la jeune femme a appris qu'une opération était nécessaire. «Il était notre bébé, il était le meilleur ami de ma fille. L'argent n'était pas un problème», explique Andrea à Local 12.

La famille a laissé Ziggy au bloc opératoire avec l'assurance de recevoir un coup de téléphone quand tout serait fini. Vers 2h30 du matin, la terrible nouvelle est tombée: le teckel n'avait pas survécu. «Elle n'arrêtait pas de tourner autour du pot, mais elle me parlait comme si j'étais déjà au courant», témoigne l'Américaine. Après quelques instants de flottement, la vétérinaire a repris le téléphone, dans ses petits souliers: «Je suis vraiment désolée, nous nous sommes embrouillés et avons appelé la propriétaire d'un autre chien», lui a-t-elle annoncé.

Un autre chien aussi nommé Ziggy

Un terrible quiproquo est à l'origine de ce drame. En fait, c'est la propriétaire d'un autre chien aussi nommé Ziggy qui a donné au vétérinaire l'autorisation d'euthanasier le teckel d'Andrea. «Ils étaient encore en pleine opération quand ils ont appelé l'autre personne pour lui expliquer que l'intervention allait se prolonger, qu'elle allait coûter plus cher. Ils lui ont demandé si elle voulait continuer ou si elle voulait laisser son chien partir. Elle a choisi la deuxième option», explique l'Américaine.

L'état de santé de Ziggy était alarmant, et il est difficile de dire ce qu'il serait advenu de lui si les vétérinaires avaient poursuivi l'opération. «J'aurais juste voulu avoir mon mot à dire. J'aurais voulu pouvoir dire que nous avons tenté tout ce que nous pouvions», déplore Andrea. La vétérinaire s'est confondu en excuses, a renoncé à facturer l'intervention et a offert une belle urne à la famille de Ziggy ainsi qu'une décoration de Noël avec une empreinte de pas du petit chien.

(L'essentiel/joc)