En Suisse

29 août 2019 14:22; Act: 29.08.2019 15:17 Print

Une larve non identifiée dans son bout de cabillaud

Une consommatrice était en train de manger un poisson, acheté dans une grande enseigne en Suisse, quand elle est tombée sur un parasite non identifié.

storybild

Les photos de la bête en question ont été transmises à un laboratoire, qui peine à mettre un nom sur cette larve.

Sur ce sujet
Une faute?

Une Suissesse était en train de déguster un cabillaud, acheté dans une grande enseigne helvétique, quand elle a eu l'horripilante surprise de tomber sur une larve. Elle a partagé son expérience avec nos confrères de 20 minutes en Suisse. «Je crains qu'il s'agisse du tristement célèbre parasite Anisakis», lui a répondu un autre lecteur. «Nous avons certainement ingéré quelques vers», a-t-elle encore confié, pointant également du doigt l'étiquette figurant sur l'emballage. Il y est indiqué qu'il faut cuire le poisson pendant trois ou quatre minutes de chaque côté. «Selon moi, ce n'est pas suffisant pour tuer le parasite», déplore-t-elle.

Les photos de la bête en question ont été transmises à un laboratoire, qui peine à mettre un nom sur cette larve. Son directeur, Marco Jermini, explique que la fréquence de ce genre de cas dépend principalement du lieu de pêche. «Il y a des mers très infestées, d'autres moins. Des lacs, comme le lac Majeur ou le Léman, rencontrent des problèmes de parasites, comme les bothriocéphales dans la perche», indique Marco Jermini, qui ajoute que plusieurs de ces parasites peuvent être dangereux pour l'homme.

Une température de 63°C pendant quelques secondes

«Une chose est sûre: si l'on atteint une température de 63°C pendant quelques secondes, ou 60°C pendant une minute, cela suffit pour prévenir une maladie due à l'Anisakis», explique le directeur du laboratoire. Une cuisson de 3-4 minutes de chaque côté dans une casserole, avec un peu d'huile, devrait donc s'avérer suffisante.

«Afin d'éviter les problèmes, la loi stipule que le poisson doit être congelé avant consommation, qu'il soit mangé cru ou cuit», conclut Marco Jermini.

(L'essentiel/joc)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • L'abus d'alcOoL est dangereux le 29.08.2019 15:00 Report dénoncer ce commentaire

    Moi aussi je prends un petit verre à chaque repas ;)

  • Un ver ça va ! le 29.08.2019 18:37 Report dénoncer ce commentaire

    Chez l'Homme, les larves vivantes d'anisakidés meurent en quelques jours après l’ingestion et n’évoluent jamais en adultes (impasse parasitaire). Reste le risque d'allergie ...

  • Tome le 29.08.2019 23:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je l ai vu dans un restaurant dans le golfe de St Tropez il y a une semaine. Pareil dans le cabillaud.

Les derniers commentaires

  • Tome le 29.08.2019 23:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je l ai vu dans un restaurant dans le golfe de St Tropez il y a une semaine. Pareil dans le cabillaud.

  • Lunatik le 29.08.2019 21:06 Report dénoncer ce commentaire

    Ca y est l'invasion alien a commencé...et il sont dans notre bouffe !!!

  • petitevoix le 29.08.2019 20:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Elle a fait le plein de protéines !!

  • Un ver ça va ! le 29.08.2019 18:37 Report dénoncer ce commentaire

    Chez l'Homme, les larves vivantes d'anisakidés meurent en quelques jours après l’ingestion et n’évoluent jamais en adultes (impasse parasitaire). Reste le risque d'allergie ...

  • Gudden le 29.08.2019 17:25 Report dénoncer ce commentaire

    Deja vu egalement ici au Lux, provenant d'une tres grande enseigne il y a plus de trois ans, sur du cabillaud. Invisibles lorsqu'il est cru, mais une fois que la chaleur penetre dans le morceau de poisson, les larves sortent.