Kurdistan

27 octobre 2020 08:00; Act: 27.10.2020 10:16 Print

5 km de traîne en hommage aux femmes violentées

Une jeune artiste a cousu ensemble près de 100 000 vêtements pour sensibiliser sur les violences faites aux femmes dans son pays.

storybild

Le ruban multicolore relie le tribunal à un parc de l’avenue principale de Souleimaniyeh, deuxième ville kurde dans le nord-est de l’Irak. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Durant trois mois, Tara Abdallah a cousu ensemble des vêtements qui forment aujourd’hui une traîne de presque cinq kilomètres de longueur. Son ouvrage s’étend désormais dans des rues du Kurdistan d’Irak autonome pour sensibiliser sur les violences faites aux femmes.

Ce patchwork est composé de «morceaux de vêtements de femmes ayant subi des violences de la part de leur conjoint ou de leur famille dans toutes les villes et villages du Kurdistan», explique l’artiste et militante, à l’AFP. «Je voulais montrer la violence que les femmes subissent, à la maison ou en dehors, dans notre société», poursuit Mme Abdallah, 24 ans. «En rencontrant les femmes dont j’ai utilisé les vêtements, j’ai entendu toutes sortes d’histoires».

L’ONU s’inquiète régulièrement du sort des femmes au Kurdistan, victimes de «crimes d’honneur» perpétrés le plus souvent par des proches pour des conduites soi-disant «immorales». Par désespoir, nombre d’entre elles se suicident ou tentent de se donner la mort pour échapper à des violences domestiques ou à des mariages forcés.

Cible des défenseurs des droits humains

La jeune artiste dit avoir utilisé les vêtements de près de 100 000 femmes, dont certains ayant appartenu à des victimes de ces violences et lui ayant été donnés par des proches.

Son ruban multicolore de 4 800 mètres relie - comme du linge séchant au vent sur un fil au-dessus des rues, des véhicules et des passants - le tribunal à un parc de l’avenue principale de Souleimaniyeh, deuxième ville kurde dans le nord-est de l’Irak.

Le Kurdistan, qui se présente comme un havre libéral et un paradis pour investisseurs étrangers dans un Moyen-Orient secoué par les violences, est régulièrement épinglé par les défenseurs des droits humains. Par exemple: moins de 1% des Irakiennes ont été excisées mais, selon l’Unicef, 37,5% des Kurdes entre 15 et 49 ans l’ont été.

(L'essentiel/AFP/NXP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Grand Maître le 27.10.2020 11:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo à ce pays qui devrait inspirer des pays moins respectueux des femmes....

  • Baron Rouge le 27.10.2020 13:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bla-bla-bla mais rien ne se passe !

Les derniers commentaires

  • Baron Rouge le 27.10.2020 13:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bla-bla-bla mais rien ne se passe !

  • Grand Maître le 27.10.2020 11:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo à ce pays qui devrait inspirer des pays moins respectueux des femmes....

    • azouz begag le 27.10.2020 12:22 Report dénoncer ce commentaire

      le kurdistan n'existe pas , il s'agit de l' Irak