En Inde

03 août 2020 07:40; Act: 03.08.2020 10:22 Print

98 personnes meurent à cause d’alcool frelaté

Le chef du gouvernement de l’État du Pendjab a annoncé vendredi, avoir ordonné une enquête spéciale sur ces décès. 25 personnes ont été arrêtées.

Sur ce sujet
Une faute?

Un total de 98 personnes sont mortes ces derniers jours dans l’État indien du Pendjab (nord) après avoir bu de l’alcool frelaté. 25 personnes ont été arrêtées dans cette affaire, un scandale qui a pris de l’ampleur depuis la fin de la semaine, ont annoncé dimanche, les médias et des responsables de la région.

Le bilan s’est alourdi à 75 morts dans le district de Tarn Taran situé dans l’État du Pendjab après une enquête menée par la police, a déclaré le commissaire adjoint Kulwant Singh, à l’AFP. «Plusieurs familles ont refusé de divulguer les détails concernant les décès et quelques-unes ont même procédé à la crémation des morts. Nous sommes parvenus à ce chiffre après avoir compilé des informations», a-t-il ajouté.

Onze autres personnes sont décédées dans le district de Gurdaspur, a déclaré un responsable local à l’AFP. L’agence PTI a de son côté fait état de douze décès dus à la consommation d’alcool frelaté à Amritsar.

«Mafia de l’alcool»

L’opposition a appelé dans des tweets le gouvernement de l’État du Pendjab à «juguler la mafia de l’alcool» qui sévit dans la région. Le chef du gouvernement de l’État du Pendjab a annoncé vendredi avoir ordonné une enquête spéciale sur ces décès.

Par ailleurs, les autorités de l’État d’Andhra Pradesh avaient indiqué vendredi que neuf personnes étaient décédées après avoir bu du gel hydroalcoolique faute d’avoir pu se procurer de l’alcool en magasin. Sur les cinq milliards de litres d’alcool bus chaque année en Inde, quelque 40% sont produits d’une manière illégale, selon l’Association internationale des spiritueux et vins de l’Inde.

Les trafiquants ajoutent souvent du méthanol, un produit hautement toxique utilisé généralement comme antigel ou carburant, à leurs boissons alcoolisées de contrebande afin d’en augmenter le taux en alcool. Le méthanol peut rendre aveugle, causer des dégâts au foie ou la mort en cas d’ingestion à forte dose.

Des centaines de personnes meurent chaque année en Inde après avoir consommé de l’alcool distillé dans des établissements clandestins et vendu 10 roupies (12 centimes) un prix abordable même pour les plus pauvres. En 2015, plus de cent personnes sont décédées dans un bidonville de Bombay, après avoir été intoxiquées par de l’alcool frelaté.

(L'essentiel/ATS/NXP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.