Au Pakistan

27 octobre 2020 08:41; Act: 27.10.2020 10:41 Print

Au moins 7 morts et 50 blessés dans une attaque

Au moins sept personnes ont été tuées et 50 blessées par l'explosion d'une bombe, mardi, dans une madrassa de Peshawar, grande ville du Nord-Ouest pakistanais.

storybild

Tous les morts étaient des adultes âgés de 20 à 40 ans, alors que certains blessés étaient des enfants. (photo: AFP/Abdul Majeed)

Sur ce sujet
Une faute?

«L'explosion s'est produite pendant l'enseignement du Coran. Quelqu'un a apporté un sac (NDLR: piégé) à l'intérieur du séminaire religieux», a déclaré à l'AFP Waqar Azim, un cadre de la police. La personne ayant apporté la bombe a quitté les lieux peu avant l'explosion, a-t-il ajouté. Le sermon était retransmis en direct sur Facebook. Il montre un religieux, tout de blanc vêtu et un turban sur le chef, expliquer un hadith du Coran en pachtoune et en arabe devant un micro, avant qu'une violente détonation ne l'interrompe, suivie de cris.

Le bilan est monté à 7 morts et 50 blessés, a déclaré Mohammad Ali Gandapur, un autre officier, à l'AFP. Le précédent bilan faisait état de 4 morts et 34 blessés. D'après Mohammad Asim Khan, le porte-parole d'un hôpital local, sept corps et 70 blessés ont été emmenés dans son établissement. Tous les morts étaient des adultes âgés de 20 à 40 ans, alors que certains blessés étaient des enfants, a-t-il ajouté.

Il y avait deux sections, l'une pour adulte et l'autre pour enfants, dans cette école religieuse, a expliqué Safiullah Khan, un enseignant. La très forte explosion, entendue dans de nombreux quartiers de Peshawar, est survenue "dans la partie où les étudiants avaient plus de 18 ans", a-t-il précisé, ajoutant qu'un mur s'était écroulé, ce qui a fait des blessés parmi les enfants.

Des secouristes étaient actifs au milieu de la madrassa, récupérant des calots, chaussures et autres livres appartenant aux étudiants. Des impacts de billes, présentes dans la bombe pour maximiser le nombres de victimes, étaient visibles sur les murs, a constaté l'AFP. Aucun groupe n'a pour l'instant revendiqué l'attentat, qui survient après des mois d'un relatif calme au Pakistan, et notamment à Peshawar, autrefois ravagée par des attentats quotidiens, mais où la sécurité s'était grandement améliorée.

La violence extrémiste a de fait nettement diminué au Pakistan, après plusieurs opérations militaires dans les zones tribales frontalières de l'Afghanistan. Mais certains groupes sont toujours capables d'exécuter des attentats.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • MARRE le 27.10.2020 09:58 Report dénoncer ce commentaire

    Mais quand ça se finira cette guerre, trop de tuerie, les enfants, femmes, hommes.... bref vivons tranquille un de ces 4!

Les derniers commentaires

  • MARRE le 27.10.2020 09:58 Report dénoncer ce commentaire

    Mais quand ça se finira cette guerre, trop de tuerie, les enfants, femmes, hommes.... bref vivons tranquille un de ces 4!