Covid au Brésil

07 août 2020 18:32; Act: 07.08.2020 18:33 Print

Bolsonaro dit avoir la «conscience tranquille»

Le Brésil, durement touché par le Covid-19, atteint tristement la barre des 100 000 morts.

storybild

Le président brésilien Jair Bolsonaro a traité de «dictateurs» les gouverneurs et les maires ayant pris des mesures de confinement, qui, selon lui, sont la cause de la hausse du chômage dans le pays. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le président Jair Bolsonaro a déclaré avoir «la conscience tranquille» malgré les critiques sur sa gestion de la crise du coronavirus, qui a fait près de 100’000 morts au Brésil. Il a traité les gouverneurs pro-confinement de «dictateurs». «Nous avons la conscience tranquille. Avec les moyens dont nous disposons, nous pouvons dire que nous avons fait tout notre possible pour sauver des vies», a affirmé jeudi soir le dirigeant d’extrême droite, lors d’une cérémonie retransmise en direct sur les réseaux sociaux.

Lors de cette cérémonie, M. Bolsonaro a signé un décret permettant des dépenses exceptionnelles pour la production au Brésil du vaccin en cours d’élaboration par l'Université d'Oxford et le laboratoire AstraZeneca. Ce vaccin est actuellement en phase III de tests, la dernière avant l’homologation, au Brésil et dans d’autres pays.

«La vie continue»

«Nous regrettons toutes les morts, on va atteindre les 100’000, mais la vie continue et il faut trouver une façon de s’en sortir», a dit le chef de l’Etat quelques heures plus tard, lors de sa transmission hebdomadaire sur Facebook. M. Bolsonaro a par ailleurs accusé les gouverneurs de certains Etats de gonfler les chiffres en demandant à des médecins d’imputer des décès au Covid-19 sans pratiquer d’autopsie. «Je ne sais pas quel est leur intérêt, mais certains gouverneurs ont donné ces orientations (aux médecins), suscitant la panique», a insisté M. Bolsonaro.

Le président a aussi traité de «dictateurs» les gouverneurs et les maires ayant pris des mesures de confinement, qui, selon lui, sont la cause de la hausse du chômage, avec un taux à 13,3% au deuxième semestre, le plus élevé de ces trois dernières années. «Près de 9 millions d’emplois ont été perdus au deuxième trimestre. Certains maires et gouverneurs en sont responsables», a-t-il lancé.

«Petite grippe»

Lui-même contaminé par le virus le mois dernier, Jair Bolsonaro, 65 ans, n’a cessé de minimiser la maladie qu’il qualifie de «petite grippe». Jeudi, il a à nouveau vanté les mérites de l’hydroxychloroquine, médicament controversé dont l’efficacité contre le Covid-19 n’a jamais été prouvée.

«Que ceux qui ne veulent pas n’empêchent pas les autres d’en prendre. De toute façon, nous n’avons pas encore de vaccin ni de traitement dont l’efficacité a été prouvée scientifiquement», a-t-il conclu, brandissant une boîte de cachets d’hydroxychloroquine.

(L'essentiel/ATS/NXP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Faty le 07.08.2020 22:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bolsonaro tu dois te faire soigner ta vraiment besoin d'un psychiatre

  • pralin le 09.08.2020 10:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Allez , à la Potence

  • Y en a pas le 09.08.2020 19:31 Report dénoncer ce commentaire

    Quand on en a pas c est facile de l avoir tranquille.

Les derniers commentaires

  • RAM le 09.08.2020 21:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Moi particulièrement j’aime pas M. Bolsonaro comme président.. mais, je vous dit aussi que j’ai pas besoin d’un président pour faire attention de ma santé comme de ma petite fille, donc, si les gens ne respect pas c’est virus, c’est pas la faute de Bolsonaro non plus. M. Bettel a fait de règles et pratiquement tout le monde ne veux pas savoir.

  • Y en a pas le 09.08.2020 19:31 Report dénoncer ce commentaire

    Quand on en a pas c est facile de l avoir tranquille.

  • pralin le 09.08.2020 10:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Allez , à la Potence

  • Popo le 08.08.2020 23:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je sais pas ce qu’on lui reproche, je pense que peu de personnes le savent. Peu importe, l’important c’est de suivre le mouvement...

    • Papo le 09.08.2020 11:59 Report dénoncer ce commentaire

      Ah oui ? Et les 100 000 morts ? Et la minimisation permanente de la pandémie et la banalisation de tous les efforts ? Cela, tout le monde le sait. Il est donc bien le premier responsable !

    • Popol le 09.08.2020 19:30 Report dénoncer ce commentaire

      Le clientelisme. Les lois liberticides, les lois antigays, la négligence de l enseignement, etc. C est ça le mouvement ?

  • NoComent le 08.08.2020 23:06 Report dénoncer ce commentaire

    Il n'a pas de quoi être fier, la grande majorité des brésiliens n'ont pas les moyens de se payer les médicaments qui l'ont sauvé !