«Marie-Claire»

04 février 2020 20:02; Act: 04.02.2020 20:10 Print

Cette Une au Brésil défie le président homophobe

Le magazine féminin met à l’honneur l’amour de deux femmes qui se sont fiancées alors que le président brésilien est farouchement opposé au mariage homosexuel.

storybild

«Sans tabou», la Une de «Marie-Claire» au Brésil prend position pour l'amour.

Sur ce sujet
Une faute?

Depuis l’élection de Jair Bolsorano à la présidence du Brésil, il y a un peu plus d’un an, la communauté LGBT+ est de plus en plus discriminée. L’homme affiche clairement ses positions homophobes. En 2010, dans un débat télévisé, il s'était dit favorable à des punitions physiques comme cure pour les homosexuels. Un an plus tard, il assurait au magazine Playboy qu'il préférerait que son fils meure dans un accident de voiture plutôt qu'il ne soit gay. Le chef d'État est opposé au mariage des personnes de même sexe, autorisé depuis 2013.

Alors que son discours jugé raciste, homophobe et sexiste choque ses opposants, l'édition brésilienne du magazine Marie-Claire prend position et met en Une du numéro de février un couple de lesbiennes. Ces deux femmes qui s’embrassent sont célèbres dans ce pays d'Amérique du Sud. L'une est la chanteuse Ludmilla, 24 ans, et sa fiancée, la danseuse Brunna Gonçalves, 28 ans. La revue titre ainsi: «Sans tabou: Ludmilla se livre avec franchise sur l'amour, le sexe, la marijuana et le funk».

Dans le magazine, on peut lire que les deux femmes sont restées discrètes au début de leur relation, il y a plus de deux ans, parce qu'elles craignaient que les marques qui les soutiennent chacune dans leur carrière ne se désolidarisent d'elles. Mais rapidement, leur amour a pris le dessus. «Brunna m'a rendue plus forte», confie Ludmilla. Elles souhaitent fonder un foyer en ayant recours à la procréation médicalement assistée avec un don de sperme anonyme. La pratique est légale au Brésil. «Je serai la donneuse, Brunna portera l'enfant», ajoute l'artiste.

Cette couverture engagée est devenue virale sur les réseaux sociaux. «Parfait! Un couple sensationnel! J'aime cette représentation!», écrit un internaute sur Twitter. «Une claque pour les homophobes», renchérit une autre.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • gordon le 05.02.2020 13:42 Report dénoncer ce commentaire

    désolé, ce n'est pas juste deux femmes qui s'embrassent sur cette "une", c'est un peu plus quand même ! pourquoi toujours présenter l'homosexualité de cette manière ? exciter un peu plus encore les homophobes ? cela ne fait que renforcer les positions de ce type de président auprès de leur électorat.

  • Jair le 05.02.2020 14:18 Report dénoncer ce commentaire

    2 jeunes filles a la recherche des likes, notoriete et success...dans quelques annees elles auront honte de ce comportement et tout qui va venir derriere...

  • Miss57 le 05.02.2020 14:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C est leur vie..

Les derniers commentaires

  • Anonymous le 05.02.2020 16:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    en tout cas couples très sexy

  • Anonymous le 05.02.2020 16:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    surement pas. l'un des pires dans toutes les décisions. dernièrement légaliser les orpailleurs sauvage qui sacage les habitants des peuples de l'Amazonie

  • Miss57 le 05.02.2020 14:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C est leur vie..

  • Jair le 05.02.2020 14:18 Report dénoncer ce commentaire

    2 jeunes filles a la recherche des likes, notoriete et success...dans quelques annees elles auront honte de ce comportement et tout qui va venir derriere...

  • gordon le 05.02.2020 13:42 Report dénoncer ce commentaire

    désolé, ce n'est pas juste deux femmes qui s'embrassent sur cette "une", c'est un peu plus quand même ! pourquoi toujours présenter l'homosexualité de cette manière ? exciter un peu plus encore les homophobes ? cela ne fait que renforcer les positions de ce type de président auprès de leur électorat.