En Colombie

02 juillet 2020 08:48; Act: 02.07.2020 09:52 Print

Confinés sur l’île la plus densément peuplée

500 personnes vivent sur un hectare, au large de la Colombie. La distanciation physique, vitale en ces temps de pandémie de coronavirus, y est impossible.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Plus entassés qu’à Manhattan, où vivent 268 personnes sur 0,01 km², ses habitants déploient des prouesses d’ingéniosité et de solidarité pour faire face aux pénuries. Mais le nouveau coronavirus menace. La Colombie a dépassé les 100 000 cas et les 3 400 décès pour 50 millions d’habitants. Et à deux heures de bateau d’Islote, sur la côte, se trouve Carthagène des Indes, joyaux colonial et touristique, qui pâtit du pire taux de contagion du pays. Avant de voir le Covid-19 débarquer, les leaders communautaires de l’île ont instauré un protocole de confinement pour tout habitant qui en sort et revient.

«Nous sommes isolés, loin du virus. Mais oui, nous avons peur qu’une personne contaminée arrive sur l’île, nous infecte et que nous mourrions tous», explique à l’AFP Adrian Caraballo, un guide touristique de 22 ans. Santa Cruz del Islote, ou el Islote (l’îlot) comme elle est communément appelée, bataille depuis des décennies avec l’absence de médecin, le manque d’eau potable et les coupures récurrentes d’électricité.

Un bidonville sans ville

Ainsi Adrian est allé à un rendez-vous médical «sur le continent» et reste depuis isolé pour quatorze jours sur Tintinpan, une île voisine et un peu plus grande. La mer transparente, qui joue toute la palette des verts et des bleus, cerne cet amas d’une centaine de cabanes enchevêtrées, sans plage. Au centre, la place de la croix et autour les masures, deux embarcadères et une école.

Pour l’anthropologue Andrea Leiva, «la pandémie révèle des problèmes structuraux anciens. Mais c’est intéressant de voir comment ces gens trouvent des solutions par eux-mêmes. Car exercer un contrôle de distanciation physique sur une île surpeuplée est impossible et ce serait presque ridicule, sachant qu’il n’y a même pas d’eau potable», ajoute-t-elle. Bien qu’aucun test n’ait été effectué, les habitants se disent épargnés par le nouveau coronavirus. Sur l’île, il n’y a ni masques, ni restrictions. Les enfants courent en tous sens. Les adultes jouent aux dominos. Les amis discutent. «D’une certaine manière, nous nous sentons protégés sur l’île», souligne Adrian.

Du tourisme à la pêche

Alexander Atencio a quitté ses élèves début mars, lorsque la Colombie a détecté son premier cas de Covid-19. Il s’est confiné sur la côte, dans le village de Tolu, à une heure de hors-bord, où auparavant il n’allait que les week-ends. Le gouvernement a décrété la poursuite de l’année scolaire à distance. Mais El Islote «n’est pas adapté» à «une éducation 100% virtuelle», explique ce professeur.

Depuis, les écoliers reçoivent chez eux des exercices à résoudre et à renvoyer par bateau aux enseignants pour être notés. Pour ces îliens «le confinement n’est pas une nouveauté car ils ont toujours vécu à l’écart», souligne le maître, ajoutant que ne sont pas nouvelles non plus «la négligence ou le manque de politiques publiques». El Islote vit essentiellement du tourisme, l’un des secteurs les plus affectés. Hôtels, restaurants et bars des îles paradisiaques des alentours ont fermé. À cause du chômage, «l’argent ne circule pas» et l’économie est paralysée, précise l’anthropologue.

Alors, «pour leur propre consommation, ils se dédient à la pêche, pratique traditionnelle qui a été reprise (…) mais ce n’est pas suffisant», ajoute cette chercheuse, dont l’île est le sujet de sa thèse de doctorat. Adrian a mis son activité de guide en sommeil et n’aura pas son bac cette année, mais il espère renouer avec ses projets lorsque «viendront des temps meilleurs».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Chasse D'Eau et ByeBye le 02.07.2020 09:58 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne vois pas d'installation d'assainissement des eaux usées

  • engfroo le 02.07.2020 22:17 Report dénoncer ce commentaire

    on peut y aller comme touriste??

  • Dominic le 02.07.2020 12:30 Report dénoncer ce commentaire

    Vous pouvez en faire le tout sur Google Map

Les derniers commentaires

  • engfroo le 02.07.2020 22:17 Report dénoncer ce commentaire

    on peut y aller comme touriste??

  • Dominic le 02.07.2020 12:30 Report dénoncer ce commentaire

    Vous pouvez en faire le tout sur Google Map

  • Chasse D'Eau et ByeBye le 02.07.2020 09:58 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne vois pas d'installation d'assainissement des eaux usées

    • TontonB le 02.07.2020 10:44 Report dénoncer ce commentaire

      Fuir cette endroit, quitte a ce que soit avec une arme, est de la légitime défense.