Violences à Hong Kong

14 novembre 2019 08:14; Act: 14.11.2019 11:11 Print

Des militants ont lancé des flèches sur la police

La ville de Hong Kong restait paralysée jeudi, avec de nouvelles violences et des axes bloqués. La perspective d'une sortie de crise semble s'éloigner chaque jour.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Hong Kong demeurait paralysée jeudi, pour le quatrième jour consécutif, par des manifestants pro-démocratie, accusés d'avoir tiré des flèches sur la police. Après plus de cinq mois de manifestations, le mouvement de protestation dans l'ex-colonie britannique a adopté cette semaine une nouvelle tactique, dite de «l'éclosion généralisée». Elle consiste à multiplier les actions de faible envergure, menées par des petits groupes, essentiellement des étudiants, pour éprouver au maximum les capacités de la police.

Jeudi matin, des axes routiers vitaux pour la ville étaient obstrués par des barricades faites de bambous, de briques et d'un empilement d'objets divers. Un des trois tunnels routiers, permettant de traverser le port de Hong Kong, était fermé à la circulation, tout comme nombre de stations de métros et de lignes de bus, entraînant une paralysie presque totale de la ville de 7,5 millions d'habitants. Les écoles et les universités sont restées portes closes et des hôpitaux ont différé les interventions non-urgentes. De nombreux commerces sont également demeurés le rideau baissé. Le gouvernement hongkongais a demandé aux employeurs de se montrer souples avec les salariés ne pouvant se rendre au travail.

La police a procédé, jeudi matin, à des tirs de gaz lacrymogènes à proximité de l'Université polytechnique de Hong Kong, où les manifestants étaient appelés à se rassembler. Dans un message posté sur Facebook, la police a accusé les «émeutiers» d'avoir tiré «des flèches sur plusieurs policiers qui effectuaient une patrouille», jeudi matin, près de cette Université. Les étudiants ont déployé un nouvel arsenal contre la police, notamment des catapultes artisanales et des arcs et des flèches.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Schockotaff le 14.11.2019 13:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    quel reste? le reste qui est resté à la maison, pour cause qu'il n'y a pas de transport public ou l'autre reste qui se fait tabasser pour avoir une opinion qui s'oppose à ce terrorisme?

  • Clement le 14.11.2019 08:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    3 pelos avec des arcs. le reste manifeste pacifiquement

Les derniers commentaires

  • Schockotaff le 14.11.2019 13:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    quel reste? le reste qui est resté à la maison, pour cause qu'il n'y a pas de transport public ou l'autre reste qui se fait tabasser pour avoir une opinion qui s'oppose à ce terrorisme?

  • Clement le 14.11.2019 08:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    3 pelos avec des arcs. le reste manifeste pacifiquement