À Taïwan

11 avril 2019 18:57; Act: 12.04.2019 09:27 Print

Elle avait quatre petites abeilles dans son œil

Une jeune femme de 29 ans, qui souffrait terriblement d'un œil, a été bien inspirée de se rendre rapidement chez l'ophtalmologue.

Sur ce sujet
Une faute?

Une Taïwanaise de 29 ans s'est réveillée, un matin, avec des douleurs et un gonflement à l’œil gauche. La jeune femme, qui pensait simplement avoir la cornée irritée à cause d'une lentille de contact cassée, a souffert le martyr pendant trois heures. «C'était très douloureux. Les larmes n'arrêtaient pas de couler de mon œil. J'étais terrifiée», raconte-t-elle à la chaîne locale CTS News. Arrivée à l'hôpital universitaire Fooyin, la Taïwanaise a été prise en charge par les médecins.

C'est en se servant d'un microscope que le spécialiste a fait une découverte insoupçonnée: quatre minuscules abeilles de 3 à 4 millimètres de long avaient pris leurs quartiers sous la paupière de la patiente. Le Dr Hung Chi-ting est parvenu à retirer les insectes sans leur faire de mal, a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse. Comme l'écrit CNN, il s'agissait d'abeilles de type Halictidae.

Attirées par la transpiration

Attirées pas la transpiration humaine, elles ont survécu en se nourrissant de l'humidité et du sel des larmes de la jeune femme. En principe, ces animaux vivent près des tombes, dans les troncs d'arbres ou en montagne. La Taïwanaise pense d'ailleurs que les insectes se sont installés dans son œil le jour où elle est allée rendre hommage à un proche, au cimetière.

Finalement, la patiente s'en est tirée sans trop de mal. Sa cornée s'est érodée mais elle a perdu moins de 0,1 de vue. L'infection n'a, fort heureusement, pas atteint son système nerveux. «Dieu merci, elle est venue rapidement à l'hôpital. Autrement, j'aurais peut-être été contraint de lui retirer le globe oculaire pour lui sauver la vie», a déclaré le Dr Hung Chi-ting.

(L'essentiel/joc)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.