Au Niger

09 août 2020 18:53; Act: 10.08.2020 12:46 Print

Des humanitaires français tués par des hommes armés

Des hommes à moto ont attaqué un convoi de touristes, faisant huit morts — deux Nigériens et six Français, dont plusieurs sont des salariés de l’ONG Acted.

storybild

La voiture transportant les touristes et incendiée par les assaillants appartenait à l’ONG Acted. (photo: AFP/BOUREIMA HAMA)

Sur ce sujet
Une faute?

Huit personnes, deux Nigériens et six Français comprenant des salariés de l’ONG Acted, ont été tuées dimanche par des hommes armés arrivés à moto dans la zone de Kouré (sud-ouest du Niger) lors d’une excursion touristique. «Il y a huit morts: deux Nigériens dont un guide (touristique) et un chauffeur, les six autres sont des Français», a annoncé à l’AFP le gouverneur de Tillabéri, Tidjani Ibrahim Katiella, en milieu d’après-midi. Paris a confirmé que des Français avaient péri, sans en donner le nombre.

«Parmi les huit personnes tuées au Niger, plusieurs sont des Français, salariés d’Acted», a indiqué de son côté à l’AFP Joseph Breham, avocat de l’ONG. L’armée française a apporté un appui aux troupes nigériennes après cette attaque, a annoncé l’état-major des Armées dans la capitale française.

«L'attaque a eu lieu vers 11h30 (12h30 au Luxembourg) à 6 km à l'est de la localité de Kouré» qui se trouve à une heure de route de Niamey sur la route nationale numéro 1, a expliqué à l'AFP, de son côté, une source proche des services de l'environnement.

«La plupart des victimes ont été abattues par balles et une femme qui a réussi à s'enfuir a été rattrapée et égorgée. Sur place, on a trouvé un chargeur vidé de ses cartouches», a relevé cette source. «On ne connait pas l'identité des assaillants mais ils sont venus à motos à travers la brousse et ont attendu l'arrivée des touristes. Le véhicule emprunté par les touristes appartient à l'ONG Acted».

La région de Tillabéri est une vaste zone instable. Elle est située dans la zone de «trois frontières» entre Niger, Burkina Faso et Mali, devenue un repaire des jihadistes sahéliens, dont l'État islamique au Grand Sahara (EIGS). La circulation des motos est interdite de jour et de nuit depuis janvier pour tenter de prévenir les déplacements de jihadistes...

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • kael le 09.08.2020 19:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Comment peut-on aller dans ces coins-là pour faire du tourisme en ce moment?

  • red taz on le 09.08.2020 20:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est un pays tellement sûr... même pas gratuit j'y vais.

  • Chriss le 10.08.2020 09:12 Report dénoncer ce commentaire

    C'est effectivement dramatique de mourir comme ça mais il faut avoir une certaine inconscience pour aller dans des pays aussi dangereux.

Les derniers commentaires

  • Chriss le 10.08.2020 09:12 Report dénoncer ce commentaire

    C'est effectivement dramatique de mourir comme ça mais il faut avoir une certaine inconscience pour aller dans des pays aussi dangereux.

  • aglae le 10.08.2020 08:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    une "ONG", pas des"touristes"...

  • Très souvent censuré par L'Essentiel le 10.08.2020 08:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Qu'on laisse ces pays se débrouiller. C'est triste à dire, mais quand on les aide, on se fait tirer dessus. Après tout, s'ils sont dans cette situation, c'est parce qu'ils ont donné les rênes du pays à des truands. Certains pays comme le Congo RDC sont assis sur une mine d'or. Qu'ils élisent des gens compétents, arrêtent de s'entretuer au nom de Dieu et exploitent leurs richesses.

  • francais de souche le 10.08.2020 07:34 Report dénoncer ce commentaire

    déjà aller suporter économiquement une zone qui soutient le terrorisme... et en pleine pandémie, et pour mourir dans des circonstances barbares... y en a qui cherchent le sensations fortes... à leurs dépends... je trouve qu on ne devrait meme pas en parler ni meme dépenser un seul cent pour ces inconscients

  • Danièle le 10.08.2020 07:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce sont des travailleurs humanitaires, et pas des touristes !