Au Canada

23 janvier 2020 08:07; Act: 24.01.2020 17:26 Print

Ils sont recrutés à leur insu pour soutenir Huawei

Une douzaine de jeunes ont apporté sans le savoir leur soutien à la directrice financière de Huawei, à Vancouver. Ils pensaient faire leur job de figurants.

storybild

Une douzaine d'hommes et de femmes tenaient des pancartes à l'extérieur d'un tribunal, lundi, pour soutenir Meng Wanzhou. (photo: AFP/Alia Dharssi)

Sur ce sujet
Une faute?

«Libérez Meng», «Justice équitable». La douzaine de jeunes manifestants réunis lundi devant un tribunal de Vancouver ont pris fait et cause pour Meng Wanzhou, directrice financière du géant chinois de l'équipement télécoms Huawei, qui contestait sa procédure d'extradition vers les États-Unis.

Le hic, c'est que les membres du petit groupe croyaient que leur soutien n'avait aucun rapport avec la réalité. Embauchés comme figurants sur Facebook ou par des connaissances, ils avaient été payés chacun autour de 100 euros pour évoluer pendant deux heures sur ce qu'ils pensaient être... un plateau de tournage! «On m'a dit que je n'avais qu'à consacrer une heure de mon temps et tenir une pancarte. Facile, non?» a déclaré une participante âgée d'une vingtaine d'années.

«Personne n'a dit: action!»

Ce n'est que quelques heures plus tard, quand des journalistes canadiens ayant eu vent de l'affaire les ont interrogés, que les manifestants ont compris qu'on les avait bernés. «J'ai commencé à réaliser que personne n'avait dit: action!» a confié l'une d'elles à la chaîne publique CBC. Une camarade a livré un récit semblable au Toronto Star. «Honnêtement j'ai plutôt honte et je suis gênée», a-t-elle rapporté, expliquant qu'elle n'avait jamais entendu parler de l'affaire de l'arrestation au Canada de Meng Wanzhou.

Une question reste sans réponse: qui a embauché ces «figurants»? L'ambassade de Chine à Ottawa nie toute implication et le groupe Huawei a indiqué n'avoir «aucun rapport avec les manifestants».

Meng Wanzhou, directrice financière de Huawei, conteste sa procédure d'extradition vers les Etats-Unis.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • nafta le 23.01.2020 14:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    jusqu où ira huawei??

  • FullmétalJF le 23.01.2020 08:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ces pratiques sont courantes dans les dictatures où on va essayer d'endoctriner les gens mais au Canada !!! Je suis surpris !!! Il faut défendre nos démocraties contre ces pratiques !!!

  • rené sance le 23.01.2020 09:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Par qui ont-ils été recrutés? Qui a intérêt à discréditer, il faut toujours se poser la question.

Les derniers commentaires

  • nafta le 23.01.2020 14:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    jusqu où ira huawei??

  • Michel du 54 le 23.01.2020 14:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Huawei les meilleurs sur le marché

  • LecteurAFP le 23.01.2020 11:22 Report dénoncer ce commentaire

    quel info/article ne prélevez-vous pas du site de l'AFP?

  • rené sance le 23.01.2020 09:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Par qui ont-ils été recrutés? Qui a intérêt à discréditer, il faut toujours se poser la question.

  • FullmétalJF le 23.01.2020 08:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ces pratiques sont courantes dans les dictatures où on va essayer d'endoctriner les gens mais au Canada !!! Je suis surpris !!! Il faut défendre nos démocraties contre ces pratiques !!!

    • faut se poser des questions le 24.01.2020 09:58 Report dénoncer ce commentaire

      Je ne savais pas qu'une dictature payerai 100 euros pour 2 heures de travail. Quand on accepte de porter pour 100 euros une pancarte et sans se poser la question sur l’écriteau de la pancarte, ce n'est pas de dictature mais de l'inconscience du porteur de la pancarte.