En Algérie

02 avril 2020 07:58; Act: 02.04.2020 10:35 Print

L'ex-​​chef de la police écope de 15 ans de prison

Considéré un temps comme un potentiel successeur du président déchu Bouteflika, Abdelaghani Hamel a été condamné pour corruption, mercredi.

storybild

Abdelaghani Hamel (à gauche) était en détention provisoire depuis le 5 juillet 2019. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La justice algérienne a condamné mercredi à de lourdes peines de prison un ancien puissant chef de la police, ses quatre enfants et son épouse pour «enrichissement illicite» et «détournement de foncier», selon les médias algériens. Le principal accusé a nié les faits qui lui étaient reprochés.

Abdelaghani Hamel, ex-directeur général de la sûreté nationale (DGSN), a écopé de quinze ans de prison ferme. Le parquet avait requis 20 ans à l'encontre de cet homme, qui était en détention provisoire depuis le 5 juillet 2019. Ses enfants ont également reçu des peines sévères allant de sept à dix ans. Son épouse, Lanani Salima, a quant à elle été condamnée à deux ans d'emprisonnement.

Déchéance surprise

Le procès a révélé que l'ex-chef de la police et les membres de sa famille, à la tête d'une immense fortune, avaient acquis illégalement de nombreuses habitations et des terrains dans plusieurs régions d'Algérie. Le procureur avait réclamé la confiscation de tous les biens de la famille Hamel.

Considéré un temps comme un potentiel successeur du président déchu Abdelaziz Bouteflika, Abdelaghani Hamel avait été, contre toute attente, limogé en juin 2018 sur fond de scandale de trafic de drogue. L'affaire portait sur un trafic de 700 kilos de cocaïne dans le port d'Oran dans laquelle seraient impliqués de hauts fonctionnaires, magistrats, dirigeants ou généraux influents au sein du régime.

Deux anciens ministres jugés dans cette affaire, Abdelmalek Boudiaf et Abdelghani Zaâlane, ont eux été condamnés chacun à trois ans de prison ferme.

Grâce présidentielle

Le même jour, le président Abdelmadjid Tebboune a gracié 5 037 détenus. Une mesure de clémence dont ne bénéficient pas les personnes détenues dans le cadre du «Hirak», le mouvement de contestation qui ébranle le pouvoir depuis plus d'un an, car la plupart n'ont pas encore été jugées.

Cette décision concerne les détenus condamnés définitivement dont le reliquat de peine est inférieure à 18 mois, a précisé la présidence, dans un communiqué, cité par l'agence officielle APS. «La réduction totale et partielle de la peine est portée à 24 mois pour les détenus, condamnés définitivement, dont l'âge est égal ou dépasse 60 ans à la date de la signature du décret».

(L'essentiel/afp)