Bateau échoué

09 août 2020 11:29; Act: 10.08.2020 11:44 Print

L'Île Maurice fait tout pour éviter une marée noire

Des moyens sont mis en place pour tenter de limiter les dégâts environnementaux au large de l'Île Maurice, où un vraquier s'est échoué fin juillet.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

La police mauricienne a prévu d'aborder dimanche le vraquier Wakashio, échoué depuis le 25 juillet sur la côte sud-est de l'île, afin d'étudier le meilleur moyen d'évacuer sa cargaison de carburants et d'éviter une pollution d'envergure. Le Premier ministre mauricien Pravind Jugnauth a de son côté convoqué une réunion de crise des autorités concernées.

Dans l'attente d'une intervention de la police, des centaines de volontaires se pressaient sur la côte pour la protéger du carburant s'échappant du Wakashio qui transportait 4 000 tonnes de fioul. «Les gens ont compris qu'il fallait qu'ils prennent les choses en main pour protéger la faune et la flore», a affirmé Ashok Subron, militant écologiste venu de la cité voisine de Mahébourg. Sur le rivage, des dizaines de volontaires s'efforçaient de tresser des barrages flottants en chanvre et en tissu, afin de circonscrire la nappe de carburant qui s'échappe du navire. La police a prévu de monter à son bord, avec le capitaine du navire (un Indien de 58 ans) afin d'en saisir tous les documents relatifs à sa navigation et notamment les enregistrements des communications avant le naufrage.

Les vingt membres d'équipage du vraquier avaient pu être évacués sains et saufs après son accident. Le navire, sous pavillon panaméen, est la propriété d'un armateur japonais. Un porte-parole de Mitsui avait indiqué que leurs efforts pour tenter d'évacuer la cargaison par hélicoptère s'étaient heurtés au mauvais temps, qui avait aussi empêché la mise en place d'un système flottant de retenue autour du navire. La Premier ministre mauricien a déclaré un «état d'urgence environnemental» et lancé un appel à l'aide à la France, qui dispose de bases militaires dans l'île voisine de la Réunion.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Dasani le 09.08.2020 13:00 Report dénoncer ce commentaire

    quelle solidarité sur place, autre chose qu'ici !

  • red taz on le 09.08.2020 20:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    alors l'interwiew d'un gars qui fait des plongée pour les touristes reflète bien la mentalité,ils ce fout de la catastrophe écologique ca ne va pas amener de touristes... pauvre terre.et que faisait les autorités depuis juillet on ne pouvait pas pompé avant que ca sortes faut tirer les doigts du c..

  • veritis le 09.08.2020 20:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bref, on ne retrouvera pas l'armateur et les propriétaires

Les derniers commentaires

  • veritis le 09.08.2020 20:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bref, on ne retrouvera pas l'armateur et les propriétaires

  • red taz on le 09.08.2020 20:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    alors l'interwiew d'un gars qui fait des plongée pour les touristes reflète bien la mentalité,ils ce fout de la catastrophe écologique ca ne va pas amener de touristes... pauvre terre.et que faisait les autorités depuis juillet on ne pouvait pas pompé avant que ca sortes faut tirer les doigts du c..

  • JDCJDR le 09.08.2020 13:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est fini l’île Maurice

    • Dasani le 09.08.2020 17:13 Report dénoncer ce commentaire

      Maurice se relèvera après cette catastrophe même avec le Covid et la fermeture aux touristes jusqu'à l'automne, elle se réinventera, c'est sa force par rapport à nous.

  • Dasani le 09.08.2020 13:00 Report dénoncer ce commentaire

    quelle solidarité sur place, autre chose qu'ici !