Coronavirus

26 février 2020 08:02; Act: 26.02.2020 10:46 Print

La désinformation autour de l'épidémie abonde

Des remèdes miracles aux théories du complot, les fausses informations autour du coronavirus se multiplient sur les plateformes numériques, qui peinent à faire face.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Des remèdes miracles aux théories du complot, la désinformation autour du nouveau coronavirus abonde sur les plateformes numériques, qui peinent à faire face tant les crises de cet ordre facilitent la propagation de fausses infos. De l'huile de sésame pour s'immuniser, des exodes de Chinois, un virus conçu par un laboratoire de Wuhan... Autant de fausses rumeurs qui se sont répandues ces dernières semaines sur les réseaux sociaux. «La majorité des acteurs à l'origine de ces fausses nouvelles se moquent que vous y croyiez ou pas. Ils utilisent juste cette épidémie comme un vecteur idéal pour parvenir à leurs fins, qu'il s'agisse de générer des revenus ou de susciter la méfiance», note Carl Bergstrom, professeur à l'université de Washington et spécialiste de la désinformation en ligne.

Certains acteurs veulent vendre des produits, et tentent de faire croire que le cannabis permet de s'immuniser contre le virus, par exemple. D'autres cherchent à générer des vues et des clics, sources de revenus publicitaires. «Et puis vous avez les opérations en cours pour affaiblir les démocraties, et donner l'impression qu'on ne peut faire confiance à personne», ajoute Carl Bergstrom. «C'est la stratégie du tuyau d'arrosage (NDLR: inonder avec de la propagande), fréquemment employée par la Russie, notamment». Des responsables américains ont ainsi affirmé à l'AFP, la semaine dernière, que des milliers de comptes liés à la Russie sur Twitter, Facebook et Instagram, propageaient de la désinformation antiaméricaine sur le nouveau coronavirus, pour semer la discorde. Moscou a démenti.

«Infodémie massive»

Les théories disséminées incluent l'idée que le virus a été créé par les États-Unis rappelant les tentatives du KGB pour faire croire, pendant la guerre froide, que le VIH était une invention de scientifiques américains. Une fois introduites, les théories du complot se répandent d'autant mieux que l'incertitude règne sur l'origine de la maladie et que le public s'inquiète et cherche des explications, de préférence sur les réseaux. Début février, l'OMS a qualifié d'«infodémie massive» la surabondance d'informations inexactes sur le sujet, qui complique sa tâche et celle des autorités de santé.

Les fausses informations peuvent susciter des mouvements de panique, comme une ruée vers les masques chirurgicaux, des services d'urgence encombrés, ou, au contraire, des personnes présentant des symptômes qui préfèrent ne pas se signaler par peur de mesures de rétorsion imaginaires. Pour coordonner la lutte contre cette «infodémie», l'OMS a réuni il y a dix jours des représentants des grands groupes technologiques au siège de Facebook, dans la Silicon Valley. Le géant du commerce en ligne Amazon a entrepris de retirer les produits qui prétendent, à tort, soigner le nouveau coronavirus ou protéger d'une infection, d'après la chaîne américaine CNBC.

«Hypocrisie» des plateformes

Facebook, Twitter et Google (dont YouTube) ont aussi renforcé leurs politiques existantes, qui consistent à retirer les contenus pouvant nuire physiquement au public, des publicités pour des faux remèdes dangereux, par exemple, et à mettre en avant les messages fiables (comme ceux de l'OMS). Le réseau social dominant s'appuie aussi sur le «Third party fact-checking», son programme de vérification par des tiers développé depuis 2016. Facebook rémunère une soixantaine de médias à travers le monde, généralistes ou spécialisés pour l'utilisation de leurs «fact-checks» sur sa plateforme et sur Instagram. Le réseau réduit fortement l'audience des vidéos ou articles étiquetés comme faux par ces vérificateurs externes.

Mais Carl Bergstrom et Jevin West, coauteurs d'un livre à paraître sur la désinformation, ne voient dans ces mesures que des «pansements». Ils dénoncent «l'hypocrisie» des plateformes, dont les algorithmes et modèles économiques publicitaires favorisent la propagation des contenus sensationnalistes ou trompeurs. «C'est comme le jeu de la taupe ("whac-a-mole"), sauf qu'il y a un million de taupes qui sortent de tous les côtés et 5 personnes qui essaient de les écraser», remarque Jevin West, professeur en sciences informatiques.

D'autres universitaires, qui ont étudié les phénomènes de désinformation lors des récentes crises du virus Zika et de fièvre jaune au Brésil estiment en outre que les efforts de fact-checking peuvent se révéler inopérants, voire contre-productifs.Dans leur étude publiée en janvier dans «Science Advances» ils concluent que «parler des fausses informations peut augmenter leur familiarité et les rendre encore plus plausibles».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • tractoriano le 26.02.2020 10:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La désinformation ne se propage pas seulement par les résaux sociaux. Les journaux en ligne qui ouvrent leurs commentaires à tous ceux qui ne savent rien mais ont une opinion sur tout, ou qui ont simplement besoin d’exprimer leur malêtre, livrent également une belle plateforme aux théories les plus lofoques!

  • illuminati ? le 26.02.2020 11:38 Report dénoncer ce commentaire

    c 'est vrais que sa arrive ,mais si les laboratoire invente les virus antigrippe meme si les gents ne sont pas malade alors quoi d 'autre ???

  • realite le 26.02.2020 08:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Franchement rien n est logique dans les contrôles c’est normal que les gens se posent des questions de bon sens !

Les derniers commentaires

  • desinformation le 28.02.2020 09:43 Report dénoncer ce commentaire

    corona virus fait par les laboratoire qui fabrique le grippe ,les vrais responsable de cette épidémie assassin, combien des gents vont encore mourir ???? vraiment les laboratoire tue les gents , la verite les media la cache

  • Réaliste le 28.02.2020 09:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La théorie du complot est réel ce virus intelligent diffusé un peu partout il apparaît la puis la ,il dangereux pour les hommes âgés preuve que il a bien été élaboré.C est simplement une nous allons l appeler chose qui va remplacer la guerre.

  • Tolerence zero le 27.02.2020 13:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ne prenez surtout pas les trains ni les bus.. Éviter les gares lieux de contamination massif.. Rester le plus possible a la maison en. ATTENTE du virus.

  • georgette le 27.02.2020 08:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut manger des gousses d’ail et du Munster. Cela vous évitera tous contact avec autrui et agis comme un filtre contre le virus.

    • Salami le 27.02.2020 23:18 Report dénoncer ce commentaire

      Mais çà n'a pas d'effet contre ceux qui aiment l'ail... et il ne reste plus qu'à espérer que ceux-là ne sont pas contaminés. ;-D

  • patience le 27.02.2020 07:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Inquiet oui moi je le suis mais confiant.