En Corée du Sud

25 octobre 2020 08:34; Act: 25.10.2020 08:35 Print

Le président de Samsung, Lee Kun-​​hee, est décédé

Lee Kun-hee, président du groupe sud-coréen Samsung depuis 1987, vivait alité depuis une attaque cardiaque survenue en 2014.

storybild

Lee Kun-hee vivait alité depuis une crise cardiaque en 2014 (archives). (photo: KEYSTONE/AP/SCHALK VAN ZUYDAM)

Sur ce sujet
Une faute?

Le président de Samsung Electronics, Lee Kun-hee, qui a fait du groupe un géant mondial des télécommunications, est mort dimanche à l’âge de 78 ans, a annoncé le groupe sud-coréen. Sous sa direction, Samsung est devenu le plus grand producteur de smartphones et de puces électroniques de la planète, le chiffre d’affaires global de l’entreprise équivaut désormais à un cinquième du produit intérieur brut du pays.

Connu pour son mode de vie solitaire, Lee Kun-hee vivait alité depuis une attaque cardiaque en 2014. Peu d’informations sur son état de santé ont filtré, laissant son existence entourée d’un halo de mystère jusqu’à ses derniers jours.

«C’est avec une grande tristesse que nous annonçons la mort de Lee Kun-hee, président de Samsung Electronics», a déclaré le groupe dans un communiqué. «Le président Lee est décédé le 25 octobre avec sa famille, y compris le vice-président Jay Y. Lee, à ses côtés». «Le président Lee était un véritable visionnaire qui a transformé Samsung en faisant d’une entreprise locale un leader mondial de l’innovation et de la puissance industrielle», l’a salué la société, ajoutant: «Son héritage sera éternel».

Samsung est de loin le plus grands des «chaebols» du pays, des conglomérats contrôlés par des familles. A l’origine du prodigieux redressement après la Guerre de Corée, aujourd’hui la 12e économie au monde, ils sont aujourd’hui accusés d’avoir des liens opaques avec le pouvoir politique et d’entraver toute concurrence.

Le «roi ermite»

Lee Kun-hee avait lui-même été reconnu coupable de corruption en 1996, puis de corruption et d’évasion fiscale en 2008. Mais il avait échappé à la case prison, ayant été condamné à du sursis.

Quand il avait hérité de la présidence du groupe Samsung en 1987, fondé par son père, un exportateur de fruits et de poissons, l’entreprise était déjà le plus grand conglomérat du pays, avec un secteur d’activités allant de l’électronique grand public à la construction. Lee Kun-hee a alors concentré l’activité de l’entreprise pour en faire un groupe de dimension internationale.

Quand il a été victime d’une crise cardiaque en 2014, Samsung était devenu le plus grand fabriquant mondial de smartphones et de puces électroniques mémoire. Aujourd’hui, c’est également un acteur mondial majeur dans le domaine des semi-conducteurs et des écrans LCD. Pour autant, Lee Kun-hee s’aventurait rarement hors des hauts murs de son domaine privé situé au centre de Séoul pour se rendre au siège social de la compagnie, ce qui lui valait le surnom de «roi ermite».

Son fils Lee Jae-yong, vice-président de Samsung Electronics, est à la tête de l’entreprise depuis la crise cardiaque de 2014. Lee Jae-yong a été condamné à cinq ans de prison en 2017 après avoir été reconnu coupable de corruption et d’autres infractions liées à l’ancien président Park Geun-hye, puis a été innocenté des accusations les plus graves en appel et libéré un an plus tard. Cette affaire est encore en cours.

(L'essentiel/AFP/ATS/NXP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.