Racisme

21 août 2019 14:40; Act: 21.08.2019 15:57 Print

Les profs dessinent sur son crâne au feutre noir

Un adolescent afro-américain a subi une punition qui rappelle les pires heures de l'esclavage et de la ségrégation. Ses parents ont porté plainte.

Sur ce sujet
Une faute?

Une nouvelle affaire symbolisant les relents racistes des États-Unis anime le débat public. En avril, un jeune adolescent afro-américain de 13 ans scolarisé dans un lycée de la banlieue de Houston a subi une punition qui rappelle les pires heures de l'esclavage. L'élève s'est en effet présenté en classe avec une coiffure faisant apparaître l'initiale «M».

Très à la mode en ce moment, ce type de coupe de cheveux s'avère contraire aux règles de l'établissement (qui ont depuis évolué). Les responsables ont donc décidé de colorier une partie du crâne du garçon au feutre noir indélébile, afin de faire disparaître les contours.

L'adolescent avait auparavant eu le «choix» entre cette sanction et une exclusion temporaire. Les parents, eux, ne l'ont pas entendu de cette oreille et ont porté plainte. Si l'école a reconnu qu'elle n'avait pas appliqué les mesures appropriées, l'affaire a provoqué un tollé aux États-Unis.

« Imaginez trois personnes en train de tenir la tête de mon fils avec un marqueur »

«Imaginez trois personnes en train de tenir la tête de mon fils avec un marqueur, contre sa volonté. Je suis devenu fou quand j'ai appris ça», a déclaré le père du garçon devant la presse.

À l'époque de la ségrégation raciale et de l'esclavage, les Noirs étaient représentés avec une peau volontairement plus foncée, notamment dans les «Minstrel shows», où des Blancs se grimaient la peau dans des spectacles ouvertement racistes.

Un traumatisme originel pour la communauté afro-américaine, très sensible à tout ce qui ressemble ou évoque ce genre de pratique au XXIe siècle.

(th/L'essentiel)