Aux États-Unis

22 octobre 2020 22:51; Act: 23.10.2020 12:20 Print

Trump retrouve Biden pour un deuxième débat

Les deux candidats à la présidentielle américaine vont s’affronter jeudi soir, pour un dernier débat télévisé avant le 3 novembre.

storybild

Des parois en plexiglas sépareront Donald Trump et Joe Biden lors de leur deuxième débat télévisé. (photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Donald Trump et Joe Biden se retrouvent jeudi soir devant des millions de téléspectateurs pour un ultime duel télévisé. Il pourrait offrir la dernière grande occasion au président américain de rattraper son retard, dans les sondages, à douze jours du scrutin.

Le tempétueux milliardaire devrait redoubler ses attaques contre Joe Biden en citant les affaires de son fils Hunter Biden en Chine et en Ukraine, quand le candidat démocrate était vice-président de Barack Obama (2009-2017).

Recentrer le débat

Ultraprotecteur de sa famille, Joe Biden devra éviter de s’emporter face à ces coups attendus. Il devra tenter de recentrer le débat sur la gestion par Donald Trump de la pandémie de coronavirus, qui a fait plus de 222 000 morts aux États-Unis.

Leurs «retrouvailles» se feront à Nashville, haut lieu de la musique country dans le Tennessee, à partir de 21h (3h vendredi en Suisse). Leur premier débat, fin septembre à Cleveland (Ohio), avait tourné au pugilat verbal.

En tête dans les sondages, le candidat démocrate de 77 ans avait traité le 45e président des États-Unis, 74 ans, de «menteur», de «raciste» puis de «clown». «Il n’y a rien d’intelligent en vous», avait rétorqué l’ancien homme d’affaires de New York. Et rien n’indique que le ton sera, cette fois, plus courtois ou plus constructif entre les deux candidats, qui seront séparés par des parois en plexiglas en raison du Covid-19.

«Entreprise criminelle»

Redoutant d’être le président d’un seul mandat, le Républicain a accentué ces derniers jours ses attaques personnelles sur l’intégrité de son adversaire, martelant que la famille Biden est une «entreprise criminelle». Il répète cette accusation depuis plusieurs semaines, sans éléments concrets à l’appui, et a même appelé le ministre de la Justice à enquêter.

Pour éviter la cacophonie de leur premier affrontement, le micro de chaque candidat sera coupé pendant les deux premières minutes de prise de parole de l’autre. «Je pense que c’est très injuste», a dit Donald Trump, mercredi soir, depuis la Maison-Blanche, réitérant par ailleurs ses critiques contre la modératrice Kristen Welker, qu’il accuse d’être «une gauchiste démocrate endurcie». Argument notamment avancé par le président américain: les parents de cette journaliste de 44 ans sont de fervents démocrates.

Donald Trump avait refusé un débat virtuel le 15 octobre, un format proposé pour éviter les risques d’infection après son diagnostic positif au coronavirus.

Les équipes des deux candidats ont annoncé quelques heures avant le face-à-face qu’ils avaient été testés négatifs, Donald Trump s’étant plié à l’exercice à bord de l’avion présidentiel Air Force One.

«Incompétence»

Fidèle à sa stratégie, centrée sur une omniprésence sur le terrain, le président américain a participé mercredi soir à un meeting de campagne en Caroline du Nord. De son côté, et pour le troisième jour consécutif, Joe Biden est resté chez lui, dans le Delaware, sans le moindre événement public à son agenda.

C’est l’ancien président Barack Obama qui est monté en première ligne, après des mois de campagne virtuelle. «Je ne m’intéresse pas aux sondages», a-t-il lancé depuis Philadelphie, rappelant qu’ils étaient favorables en 2016 à Hillary Clinton avant sa défaite surprise.

«Beaucoup de gens sont restés chez eux, ont été flemmards et complaisants», a-t-il souligné. «Pas cette fois! Pas lors de cette élection!» a-t-il martelé.

«Niveau d’incompétence»

Dans un réquisitoire cinglant contre son successeur, Barack Obama a dénoncé un président qui s’est montré incapable de prendre son poste «au sérieux». «Tweeter en regardant la télévision ne résout pas les problèmes», a-t-il lâché, lors d’un meeting en mode «drive in» devant des sympathisants à bord de leur voiture, pandémie oblige.

«La pandémie aurait été difficile pour n’importe quel président», a reconnu Barack Obama, tout en dénonçant «le niveau d’incompétence et de désinformation» de l’équipe Trump. L’ex-président s’envolera samedi pour Miami, en Floride, un autre État crucial pour la victoire, où Joe Biden a une courte avance sur le Républicain dans les sondages.

Depuis Gastonia, en Caroline du Nord, l’actuel locataire de la Maison-Blanche a brièvement évoqué l’entrée en campagne de son prédécesseur, assurant que c’était une bonne nouvelle. «Personne n’a autant fait campagne pour Hillary-la-crapule que Barack Obama», a-t-il ironisé.

Vote anticipé

Déjà plus de 45 millions d’Américains ont voté par courrier ou en personne, soit plus de 30% de la participation totale en 2016, selon l’organisation indépendante Elections Project.

Le président américain Donald Trump votera lui aussi de manière anticipée, samedi en Floride, a annoncé jeudi la Maison-Blanche. «Le président Trump a prévu de voter par anticipation samedi à West Palm Beach», a indiqué son porte-parole Judd Deere. Donald Trump doit rejoindre la Floride, vendredi, où il doit participer à plusieurs meetings de campagne.

Le président américain a annoncé fin 2019 qu’il abandonnait New York et faisait de Palm Beach sa nouvelle résidence principale, et donc fiscale. «J’adore New York, et les New-yorkais, et ce sera toujours le cas, mais malheureusement, en dépit des millions que je paie en impôts à la municipalité, aux collectivités locales et à l’État chaque année, j’ai été très mal traité par les élus à la fois de la ville et de l’État», avait-il expliqué.

(L'essentiel/ATS/NXP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.