En Chine

12 juin 2020 13:30; Act: 12.06.2020 13:34 Print

Un pangolin retrouve une liberté au goût de victoire

Un pangolin a retrouvé la liberté dans l'est de la Chine, quelques jours après que l'animal mis en cause dans l'épidémie de coronavirus a été retiré de la pharmacopée.

storybild

Ce petit mammifère, considéré comme l'animal le plus braconné du monde, est menacé d'extinction. (photo: AFP/Handout)

Sur ce sujet
Une faute?

La jeune femelle a été remise dans la nature, jeudi, dans la province du Zhejiang, échappant au sort de nombre de ses congénères, dans un pays qui a traditionnellement utilisé ses écailles à des fins médicales.

L'animal, tombé dans un bassin, avait été découvert par un agriculteur qui l'avait remis à la police. «C'est un miracle: nous avons renversé la situation au point de pouvoir relâcher des pangolins», s'est félicitée Sophia Zhang, directrice de la Fondation protection de la biodiversité et développement vert.

Menacé d'extinction

«Les pangolins ne peuvent survivre en captivité car ils ne s'adaptent pas à la nourriture ni à leur entourage», a-t-elle expliqué à l'AFP.

Ce petit mammifère, considéré comme l'animal le plus braconné du monde, est menacé d'extinction. La semaine dernière, l'administration chinoise des Forêts lui a accordé le plus haut niveau de protection dans le pays. Il a également été retiré de la liste officielle des produits qui peuvent être incorporés dans la médecine traditionnelle.

La Chine a renforcé sa législation sur la consommation d'animaux sauvages, alors que le pangolin est soupçonné d'avoir été l'hôte intermédiaire qui aurait permis la transmission du nouveau coronavirus de la chauve-souris à l'espèce humaine. Le virus a fait son apparition à la fin de l'an dernier sur un marché de Wuhan (centre) où étaient vendus des animaux sauvages vivants.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Steph le 12.06.2020 13:56 Report dénoncer ce commentaire

    1. La chine n’a rien renforcé du tout, merci de mieux vous renseigner... 2. Certains pensent encore que ca vient d’un animal ? Ca fait des milliers d’années qu’ils consomment ces animaux, mais c’est vrai que si on parle de “fuite” d’un labo on passe pour un pro-complotiste. A bon entendeur.

  • Rémy le 12.06.2020 20:06 Report dénoncer ce commentaire

    Ce pangolin n'est que le pauvre "bouc émissaire" pour camoufler les pratiques odieuses du laboratoire P4 de l' INSERM sur le sol chinois. Les chinois ne sont pas coupables pour ce virus, mais responsables d'avoir autorisé l'installation de ce labo maléfique qui a commis l'impardonnable.

  • Sea Rescue le 12.06.2020 13:57 Report dénoncer ce commentaire

    Il est temps que la Chine stop ses pratiques douteuses avec sa médecine "exotique"...La planète s'en portera mieux. Et quelle arrête de manger de la soupe d'aileron de requin!

Les derniers commentaires

  • bonsens le 13.06.2020 12:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tu peux être sûr qu’il est déjà au menu d’un restaurant local le pauvre gars

  • serieux le 12.06.2020 23:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    entièrement d'accord ! ce virus incompréhensible est bien trop suspect pour être naturel ! et comme par hasard, on cache les premiers cas présents dès le mois d'octobre, et comme par hasard le foyer se trouve à proximité du labo de virologie....

  • Rémy le 12.06.2020 20:06 Report dénoncer ce commentaire

    Ce pangolin n'est que le pauvre "bouc émissaire" pour camoufler les pratiques odieuses du laboratoire P4 de l' INSERM sur le sol chinois. Les chinois ne sont pas coupables pour ce virus, mais responsables d'avoir autorisé l'installation de ce labo maléfique qui a commis l'impardonnable.

    • andre heim le 13.06.2020 00:34 Report dénoncer ce commentaire

      c'est surement la triste et tragique vérité.

  • alex le 12.06.2020 15:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    D’accord

  • Sea Rescue le 12.06.2020 13:57 Report dénoncer ce commentaire

    Il est temps que la Chine stop ses pratiques douteuses avec sa médecine "exotique"...La planète s'en portera mieux. Et quelle arrête de manger de la soupe d'aileron de requin!

    • Chine coupable le 12.06.2020 14:53 Report dénoncer ce commentaire

      La Chine est la première responsable du braconnage massif. S'il n'y avait pas ce marché chinois "ouvert", avec des acheteurs prêts à payer des millions pour des cornes de rhinocéros, des défenses d’éléphants, des écailles de pangolin, des os de tigres du Bengale, de la bile d'ours, des ailerons de requins, etc ... il n'y aurait pas de braconnage car le première motivation du braconnage c'est l'argent. C'est une chaîne destructrice. Si l'on veut protéger les espèces animales, un jour ou l'autre il faudra bien attaquer le problème à la racine.

    • andre HEIM le 13.06.2020 00:37 Report dénoncer ce commentaire

      complètement daccord mais hélas vaste programme .