Aviation

09 janvier 2020 14:53; Act: 09.01.2020 14:58 Print

Démission en plein trou d'air de British Airways

Willie Walsh, le patron d'IAG, maison mère de British Airways et Iberia, a annoncé sa démission, jeudi, après quinze ans aux commandes.

storybild

Le départ de M. Walsh intervient au moment, dans la foulée, d'un conflit social inédit entre sa compagnie phare British Airways et ses pilotes, cet automne. (photo: AFP/odd Andersen)

Sur ce sujet
Une faute?

Willie Walsh, le patron d'IAG, maison mère de British Airways et Iberia, a annoncé sa démission, jeudi, après quinze ans aux commandes d'un géant européen de l'aérien qu'il a forgé et qui traverse actuellement un trou d'air. Ce natif de Dublin, âgé de 58 ans, sera remplacé par le patron d'Iberia, Luis Gallego, signal que le groupe s'ancre un peu plus encore en Espagne où il possède déjà Vueling et est en train de racheter Air Europa.

Il va quitter ses fonctions et ne siégera plus au conseil d'administration, à partir du 26 mars, avant de partir du groupe au 30 juin. Cette figure respectée du secteur aérien a qualifié de «privilège» d'avoir joué «un rôle-clé dans la création et le développement d'IAG» qu'il a orchestrée en 2011 en faisant fusionner British Airways et Iberia.

Remplaçant inconnu

Ex-directeur général de la compagnie irlandaise Aer Lingus, rachetée par IAG en 2015 et où il a commencé sa carrière comme pilote en 1979, M. Walsh s'est dit certain que M. Gallego «sera un formidable directeur général» pour le groupe.

«Je suis certain que nous pouvons bâtir sur les solides fondations construites par Willie», a quant a lui déclaré son successeur, un ingénieur aéronautique de formation né en 1969 et qui a commencé sa carrière dans l'armée de l'air espagnole où il formait les officiers. Celui qui prendra le gouvernail d'Iberia, après lui, n'a pas encore été nommé.

Prix à payer

Le départ de M. Walsh intervient au moment dans la foulée d'un conflit social inédit entre sa compagnie phare British Airways et ses pilotes cet automne. Le transporteur britannique a notamment vécu une grève historique de deux jours en septembre, qui l'a forcé à annuler des centaines de vols, laissant sur le carreau des milliers de passagers. Ce bras de fer résolu par la signature d'un accord salarial, le mois dernier, lui a coûté 137 millions d'euros et a forcé IAG à abaisser ses prévisions de résultat pour 2019.

Depuis son arrivée à la tête de British Airways en 2005, Willie Walsh a piloté le groupe à travers la crise économique de 2008/2009 et la concurrence de plus en plus vive des transporteurs à bas coût. Après avoir été l'architecte de la fusion de British Airways et Iberia, il a orchestré une série de rachats et rationalisé le groupe en réduisant le nombre de postes mais au prix de tensions croissantes avec les employés, et d'une nette baisse de l'image de la compagnie, qui a fait face, ces derniers mois, à d'embarrassantes pannes informatiques.

«Passerelle entre l'Asie et l'Amérique latine»

M. Walsh laisse derrière lui un groupe profondément transformé, qui d'une compagnie nationale est passé à un acteur mondial de premier plan forte d'une flotte de 573 avions qui dessert le monde entier et transporte 113 millions de passagers par an. Luis Gallego, aux commandes d'Iberia depuis 2013, avait estimé en novembre que Madrid pourrait «devenir la passerelle entre l'Asie et l'Amérique latine», alors que la ville a été à la traîne de ses concurrentes européennes, ces dernières années.

Avec l'acquisition prévue d'Air Europa, IAG entend se renforcer considérablement dans les liaisons vers l'Amérique latine et les Caraïbes et faire de Madrid un «hub» capable de rivaliser Paris Charles de Gaulle, Londres Heathrow, Amsterdam et Francfort. M. Gallego a modernisé Iberia et a restauré sa rentabilité alors qu'elle accumulait les pertes avant son arrivée. Il va devoir piloter le groupe aérien et notamment British Airways, à travers les vents contraires du Brexit.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Greg le 09.01.2020 15:30 Report dénoncer ce commentaire

    Ca m'en touche une sans faire bouger l'autre ...

  • bonsens le 10.01.2020 08:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je sens venir un petit parfum du scandale derrière tout ça

Les derniers commentaires

  • bonsens le 10.01.2020 08:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je sens venir un petit parfum du scandale derrière tout ça

  • Greg le 09.01.2020 15:30 Report dénoncer ce commentaire

    Ca m'en touche une sans faire bouger l'autre ...