Mondiaux des jeunes

23 octobre 2019 09:00; Act: 23.10.2019 11:52 Print

Des karatékas du Luxembourg bloqués au Chili

LUXEMBOURG/SANTIAGO - Depuis dimanche, onze Luxembourgeois et leur staff sont au Chili pour les Mondiaux des jeunes. Confinés dans leur hôtel par la fronde sociale.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«On entend les gens qui crient et chantent dans la rue. Les manifestations ont lieu un peu partout, même devant notre hôtel. Nous n'avons pas le droit de sortir. On fait des listes de courses et des gens vont au supermarché nous chercher de l'eau, ce dont on a besoin».

La Luxembourgeoise Kimberly Nelting, 19 ans, championne du monde junior 2017, a fait des Mondiaux jeunes de Santiago du Chili, un objectif majeur de sa saison. Oui mais voilà, depuis son arrivée dimanche à Santiago, avec dix autres karatékas luxembourgeois et le staff de l'équipe nationale, la préparation ne se déroule pas franchement dans des conditions optimales.

«On s'entraîne dans les couloirs»

Le pays est en pleine crise sociale et des émeutes déclenchées par une hausse du prix du ticket de métro, le 18 octobre, ont déjà fait douze morts. «À l'hôtel, on se sent en sécurité. On s'entraîne dans les couloirs, dans le parking comme cela arrive aussi dans d'autres tournois. On étudie, on parle, on joue, on essaie de se changer les idées et de rester concentrés», raconte-t-elle.

«Aujourd'hui, nous n'étions pas confinés, mais il y a le couvre-feu à 18 h. Nous avons préféré ne pas sortir. La sécurité avant tout. Nous sommes à l'hôtel avec les Égyptiens, les Argentins... Huit délégations, dont les Japonais, sont reparties. Nous avons vu des jets de pierres, des blindés asperger des gens au canon à eau», racontait l'entraîneur national, Michael Lecaplain, qui à la veille de la compétition n'avait pas encore pu voir la salle. Si la fédération internationale (WKF) a assuré aux athlètes un transport sûr, la tenue du tournoi était encore incertaine, mardi.

(Nicolas Martin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.