En Irlande du Nord

11 janvier 2020 16:32; Act: 11.01.2020 16:35 Print

«Il est temps d'aller de nouveau de l'avant»

Un accord politique a été trouvé en Irlande du Nord, après trois ans de crise. La cheffe du parti unioniste DUP Arlene Foster a été nommée à la tête du gouvernement.

storybild

L'Assemblée nord-irlandaise a recommencé à siéger samedi. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L'Assemblée nord-irlandaise a recommencé à siéger samedi. La veille, unionistes et républicains avaient conclu un accord mettant fin à trois ans de paralysie politique dans cette province britannique en première ligne du Brexit.

Les 90 membres de l'Assemblée de Stormont, à Belfast, doivent désigner un gouvernement basé sur le partage du pouvoir, dont la province était privée depuis la chute en 2017 de la précédente coalition en raison d'un scandale politico-financier. La cheffe du parti unioniste DUP, Arlene Foster, va reprendre ses fonctions à la tête du gouvernement, d'après le quotidien local Belfast Telegraph. Elle serait secondée par la républicaine Michelle O'Neill, du Sinn Fein, vice-Première ministre au sein d'un exécutif qui comprendrait de nombreuses femmes, a avancé le même journal.

«Un grand pas en avant»

«Aujourd'hui, nous allons rétablir un exécutif après trois ans d'impasse. Il est temps de permettre à l'Irlande du Nord d'aller de nouveau de l'avant», a tweeté Mme Foster avant le début de la session parlementaire.

«C'est un grand pas en avant pour le peuple d'Irlande du Nord ainsi que pour restaurer la confiance dans un gouvernement décentralisé stable et mettre en oeuvre les réformes dont les services publics ont grandement besoin», a commenté sur Twitter le Premier ministre britannique Boris Johnson.

«Troubles» terminés

Le DUP et le Sinn Fein, principaux partis nord-irlandais, ont validé in extremis vendredi le projet d'accord visant à rétablir les institutions politiques de la province, soutenu par Londres et Dublin. Ils doivent se partager la gouvernance en vertu de l'accord de paix du Vendredi saint de 1998, qui a mis un terme aux «Troubles» entre républicains (majoritairement catholiques) et unionistes (surtout protestants) ayant fait près de 3500 morts en 30 ans.

Après l'échec de plusieurs séries de négociations depuis la chute du gouvernement en 2017, de nouvelles discussions avaient repris mi-décembre, après la victoire des conservateurs de Boris Johnson aux législatives.

L'enjeu était d'autant plus crucial que l'assemblée locale est censée avoir son mot à dire dans les dispositions douanières controversées visant à éviter le retour d'une frontière physique avec la République d'Irlande (membre de l'Union européenne) après la sortie du Royaume-Uni de l'UE le 31 janvier.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.